BIOGRAPHIE DE JEAN FONTY
 

 
 Extrait d'une coupure de journal pour sa promotion comme officier de la Légion d'honneur
 

              Le colonel Jean Fonty, commandant l'ensemble des Compagnies Républicaines de Sécurité de la 9e Région militaire, est promu officier au titre du ministère de l'Intérieur.  

              Né le 1 novembre 1913 à Mérinchal (Creuse), le colonel Jean Fonty est le quatrième enfant d'une famille de paysans. Fils de mutilé de guerre, il obtint une  bourse pour préparer l'Ecole Normale où il est reçu à 17 ans et d'où il sort premier de sa promotion. Mais parallèlement il prépara l'Ecole Militaire de Saint­Cyr, qui le fit sous-lieutenant en 1935.

              Sa brillante conduite au feu, en juin 1940, lui vaut une très élogieuse citation à l'ordre du corps d'armée.

              Commandant dans la police urbaine de Rouen de 1942 à 1944, il se fait remarquer tout particulièrement par son inlassable dévouement et son courage sous les bombardements aériens qui ont ravagé la ville à cette époque.

              Nommé commandant à Aincourt le 8 juin 1944, il est ensuite muté à Clermont-Ferrand, il est chargé d'organiser les premières Compagnies Républicaines de Sécurité en même temps qu'il assure la direction de l'Ecole régionale de Police. La loyauté de son caractère, son sens élevé du devoir lui valent d'être successivement nommé à Versailles, le 11 janvier 1947, puis à Marseille le 9 février 1953 où, il sera promu lieutenant-colonel des Compagnies Républicaines de Sécurité, puis colonel en 1955.

              Fonctionnaire extrêmement conscient de ses devoirs, le colonel Fonty qui jouit à Marseille d'une très haute estime, ne pouvait se contenter d'assurer seulement la bonne marche du service qui lui est confié et ses éminentes qualités d'organisateur qui accompagnent si précieusement celles de chef, ont su œuvrer en maints domaines.

              C'est ainsi qu'il a été un des pionniers de la prévention routière c'est lui qui d'autre part a formé et installé les premiers maîtres-nageurs sauveteurs sur les plages : lui encore qui depuis l'an dernier organise des centres de loisirs pour Jeunes

              Mais c'est toujours dans les circonstances graves et exceptionnelles que le colonel Fonty s'est révélé un chef de qualité exceptionnelle. Son autorité et son sang-froid, le haut respect qu'il porte à la personne humaine, lui ont toujours permis d'éviter le pire dans les conflits sociaux, comme, pendant les douloureux événements d'Algérie.

 
 
                    Il fait valoir ses droits à la retraite le 21 décembre 1966.