BIOGRAPHIE DE  PIERRE  LABARTHE

 

( Biographie tirée du  livre d' Yves  Mathieu "Policiers Perdus...") 

 
 
   
   

         Cet officier est sorti de Saint-Cyr à 22 ans avec le grade de sous-lieutenant. La Première Guerre mondiale est déclenchée peu après sa première affectation au 18e régiment d'infanterie. Il est alors dirigé sans délai sur le front. Il y restera pendant toute la durée des hostilités, souvent dans les tranchées, en première ligne. Blessé à trois reprises, il obtiendra sept citations à l'ordre de l'armée, du corps d'armée et de la brigade. Son courage, sa bravoure, son énergie et ses qualités de meneur d'hommes sont remarquées par les autorités militaires qui lui décernent la croix de chevalier de la Légion d'honneur en 1915.

         Après 1918, et dans l'intervalle des deux guerres, il alterne entre diverses fonctions d'état-major, d'instructeur à Saint-Cyr et de chef de corps. Envoyé en Syrie, il se distinguera à la tête des 25  et 17  régiments de tirailleurs algériens ; une citation à l'ordre de la division de l'armée du Levant lui sera décernée, en même temps qu'il sera fait officier de la Légion d'honneur. 

         En 1939, au déclenchement des hostilités, il est lieutenant-colonel. Fait prisonnier en mai 1940 et transféré en Allemagne, il est rapidement libéré au titre de rapatrié sanitaire. Le 12 juin 1941 il est fait commandeur de la Légion d'honneur, en reconnaissance de sa combativité lors d'une contre-attaque improvisée dans les tout premiers jours de la guerre de mouvement engagée par l'Allemagne. 

         Placé en congé d'armistice et promu colonel dans le même temps, il est affecté au secrétariat d'Etat à l'Education nationale et à la Jeunesse. Le 19 avril 1943, il est nommé directeur des G.M.R. et général de brigade le 20 novembre suivant. A la fin de la guerre, il sera révoqué sans pension, mais rétabli dans ses droits par décret du 6 juin 1946, avec le grade de colonel.

      
   
(Source Gallica)
   
Le colonel Labarthe passe en revue une unité GMR
Photo d'aujourd'hui, Bd de la résistance - stade Darragon à Vichy