Les Polices Mobiles

CRS  n° 165

 

 
 
 
 

C'est en 1944, par le décret duc 8 Décembre que les Compagnies Républicaines de sécurité furent créées, d'abord dans une forme primitive se substituant à d'autres formations mobiles, puis réorganisées dans leur forme actuelle par la loi du 27 Décembre 1947 et par le Décret d'Application du 26 Mars 1948.

A cette date Marseille ne comportait que deux unités la CRS 172 (à la rose) et la CRS 174 à (Saint Loup) qui avaient alors fort à faire dans une période d'agitation sociale caractérisée, la nécessité d'implanter d'autres unités se faisait de jour en jour plus pressante.

Il faut attendre cependant 1951 pour voir la création de deux nouvelles unités marseillaises : les CRS 165 et 166.

Leur implantation n'est pas sans causer de problèmes logistiques; certes, le camp de St-Pierre est suffisamment vaste pour les abriter toutes deux mais, la répartition harmonieuse des unités dans la ville nécessitait une implantation dans le secteur nord.

Au termes, de démarches, d'études et de propositions qu'il serait fastidieux d'énumérer ici et avec la diligente coopération de MMrs le Colonel FONTY et du Commandant DROGOUL (son adjoint) l'acquisition de la propriété "La Madone" est décidée - elle servira de cadre au cantonnement de la CRS N°165).

Celle-ci voit timidement le jour, le 16 avril 1951, au Camp de Saint-Pierre, constituée d'abord par un "noyau" de 16 gradés et gardiens qui grossira au fur et à mesure des affectations : le 7 Juillet 1951, trente gardiens stagiaires sont affectés portant ainsi à plus     de 50 l'effectif de l'unité, qui devra attendre le 16 Juillet 1961 recevoir son chef : le Commandant BESCOND François, en provenance de la CRS.21, affecté, de fait, à compter du 16 avril 1951.

Ce chef, qu'elle conservera 18 ans, assurait alors à l'école de sens l'encadrement et la formation du premier stage d'élèves officiers CRS.

Au fil des jours et sous son impulsion, la 165 va grossir ses rangs et être dotée de matériel organique; elle est cependant toujours hébergée au camp de Saint-Pierre.

A dater du 23 Août 1951 la section de permanence prend son service au nouveau cantonnement. Ce "cantonnement" ne comportait que le "château" et les dépendances qui seront plus tard transformées en logements de fonction. Des travaux seront ultérieurement entrepris en vue de la réalisation d'un bâtiment principal destiné au logement des sections, d'un garage et d'un poste de police.

Au 1er Septembre, l'unité est composée de 124 fonctionnaires et elle n'est cependant que semi-opérationnelle en raison de l'absence de matériel (véhicules et armement) et ce n'est que le 23 Septembre 1951 qu'elle assure au complet sa première mission de Maintien de l'Ordre à Marseille.

Le 25 mars 1952, a lieu le premier exercice de compagnie, l'effectif atteint 143 fonctionnaires - la compagnie est prête, bien homogène, déjà empreinte de l'esprit de son chef et l'exercice qui a lieu à PICHAURIS, se déroule à la satisfaction de tous.

 

Intégrée dans les différents "Services régionaux" l'unité participe d'ores et déjà à toutes les missions de Maintien de l'Ordre et protection Civile, à la plus grande satisfaction des autorités.

Le 1er Juillet 1952 marque une date : la 165 quitte définitivement le Camp de Saint-Pierre où elle était hébergée et s'installe à "La Madone". L'ensemble de le compagnie aura à cœur d'aménager "son" cantonnement, l'un des plus beaux de France, par  la création de terrains de jeux collectifs et installations sportives, ainsi que par des plantations et décorations.

Une bonne équipe de gradés donne le ton : on crée, on organise, on coordonne et stimule. L'arrivée massive de stagiaires (70) le 1er Janvier 1953 complète l'effectif de l'unité et renforce les moyens mis en œuvre. Le 17 Janvier 1953, le Commandant de Groupement et les Commandants de Compagnie de la Région sont reçus à l'unité, dans un cantonnement pratiquement aménagé, qui lui fait honneur; Monsieur le Chef d'Etat-major le visite à son tour le 2 février 1953 et s'en déclare également satisfait.

En Avril 1953, est affecté l'Officier de Paix CHIROULEU George qui deviendra l'adjoint du Commandant en remplacement de l'Officier RODOT qui assumait cette tache depuis les premiers jours.

La 165. est maintenant complète, disposant d'un fort pourcentage de "jeunes" bien encadrés par des "anciens", d'un groupe de gradés dynamiques, elle est en pleine possession de ses Moyens.

 
Prise d'Armes Col Fonty
Cérémonie à Saint Barthélemy - Le colonel Jean Fonty lors de la remise du drapeau du groupement à la CRS 165.
 

Elle part pour son 1er déplacement à la frontière franco-espagnole le 22 Juin 1953, l'outil est bien rodé et l'on s'attache à créer l'esprit de corps.

Très vite, le personnel donnera à l'unité une personnalité : exigeant, aimant le travail bien fait, donnant le meilleur de lui-même - il se crée dans chaque section un esprit de compétition qui s'effacera lorsque l'esprit de corps sera en cause.

Des traditions se créent et l'on organise dans cette "jeune famille" des groupes; orchestre, comédiens, etc... le tout favorisé par le Commandement et visant à regrouper l'ensemble du personnel dans des manifestations d'amitié : Arbre de Noël, départs à la retraite etc... chacun y apporte son concours.

Le ler Juillet 1955, la CRS N°l65 est dotée d'un peloton motocycliste. Chacun sent parfaitement Que le prestige de ces formations accroit celui de l'unité. C'est, en fait, la Brigade Routière motocycliste de Saint-Louis qui est affectée avec son chef AYMES Clément et d'autres anciens :    GIORDANO -ETIENNE etc...

 Elle est accueillie très favorablement par l'unité et fait l'objet de la part du personnel d'un bel assaut de curiosité, voire d'envie, ce qui fit naître, d'ailleurs, des vocations...

Le 1er Août 1953 l'Officier DELZOR Louis est affecté à l'unité, chef de la 3ème section, il deviendra par la suite l'adjoint du Commandant.

Parallèlement à ses activités professionnelles, des équipes sportives sont crées : cross-country, football, basket et volley. Très vite, ces équipes s'imposent au sein du groupement. Par la suite, l'unité deviendra, en la matière, la "pépinière" des sélectionnés du Groupement.

En mai 1954, la Compagnie est détentrice de la Coupe d'Athlétisme du groupement, ce qui marquera le début d'une longue suite de récompenses sportives (Coupes, Trophées, etc....)

Le 20 mai 1954 également, premier déplacement en Afrique du Nord à TEBESSA , pour beaucoup, c'est un premier contact avec ce continent ; en dépit d'assez dures conditions d'emploi, ce déplacement laisse de bons souvenirs aux participants.

En novembre 1954, la CRS N°165 enlève le championnat de Football du 9° Groupement, ce qui consacre définitivement ses, deux spécialités sportives : courses et football. Le Colonel FONTY remet la coupe au Commandant qui ne dissimule pas sa satisfaction...

Noël 1954 - Arbre de Noël à l'unité : les salles de cours sont décorées et aménagées elles deviennent salles de spectacle - les "Artistes maison" interprètent des rôles amusants, un goûter est servi, puis, l'orchestre de la compagnie fait danser jusqu'à 2 heures du matin, et quelle ambiance....

Le 14 anvier I955 2ème déplacement en A.F.N. le stade Turpin à Constantine accueille la compagnie... le souvenir en est moins bon. retour le 20 avril  (97 jours).

Le 13 novembre 1955 nouveau déplacement à BLIDA et retour le 17 février 1956 (97 jours).

Désormais, l'unité va suivre un rythme accéléré de missions qu'il serait vain de citer, mais en rapport direct avec l'effervescence sociale et les mesures gouvernementales.

Tout d'abord, une période de manifestations à prédominance Nord-Africaines, puis l'U.D.C.A. avec les nombreux discours de son leader Mr. POUJADE, ensuite les divers troubles, exactions et divers du F.L.N. qui entraînent la construction, et la surveillance de Camps d'Assignée à Résidence : pour la région à St-Maurice l'Ardoise et le Camp du LARZAC, sur le plateau des CAUSSES balayé par tous les vents.

Le 15 octobre 1957, déplacement en Algérie  (ORAN/ALGER) retour le 28 janvier 1958 (106 jours).

Les missions s'étoffent : Patrouilles de sécurité urbaine, barrages routiers, transfert-escortes de N.A., services routiers... 

Le 19 juin 1960, elle se trouve à ALGER en Maintien de l'Ordre pour son 5ème déplacement en A.F.N.retour le 3 juillet (15 jours).

En Septembre 1960 l'unité accueille l'OP BERAUD qui succèdera, dans l'avenir à l'OPP DELZOR et sera adjoint du Commandant.

Un déplacement à LACQ (BP) pour la surveillance des installations de la S.N.P.A. crée un dérivatif, le côté technique du complexe de LACQ intéresse tout le personnel.

Le 18 décembre 1960, le brigadier-chef  VILLEVIEILLE est admis à faire valoir ces droits à la retraite - s'est le premier départ de cet ordre de notre formation et fait figure d'évènement.

De nouveaux centres d'intérêt s'ajoutent à nos servitudes, Voyages du Président de la République, Brigade des Mineurs, Surveillance des Plages...

En 1961 la compagnie effectue de nombreux déplacements : St Maurice, l'Ardoise (en février-mars) EVIAN (Conférence, en juin) et en Al gérie (ALGER du 20 Juillet au 1er octobre - 73 jours ) puis le Larzac (jusqu'en février 1962).

Déjà un autre sigle se dessine "O.A.S." qui amènera d'autres servitudes et motivera patrouilles et missions de surveillance.

Le 12 avril 1962, l'unité effectue son 7ème et dernier déplacement en AFN à ALGER dans un climat politique et social éprouvant, mais exaltant retour le 4 juillet (79 jours).

Curieusement, après avoir connu de nombreux et violents démêlés avec la population européenne d'ALGÉRIE, an cours des déplacements précédents, la CRS 165 déplacée à MAISON-BLANCHE (Aéroport) assure, malgré la grève de tous les moyens de transports en ALGERIE, le retour vers la Métropole, par voie aérienne, de milliers de rapatriés.

Les anciens ont encore présentes à la mémoire, les scènes émouvantes et les souvenirs exaltants de ce dernier déplacement en terre Algérienne, qui s'est terminé le 4 Juillet, au lendemain de l'Indépendance puisque nous avons assisté à l'arrivée du premier chef de gouvernement provisoire Algérien : Monsieur BEN KHEDDA.

Dix ans se sont écoulés, la Cie 165 effectue à nouveau un déplacement sur la frontière franco-espagnole et, si la compagnie subi quelques transformations, les pertes ont été comblées; elle a laissé d'excellents souvenirs et en ajoute d'autres au départ...

Au début de Juin 1963, un accident attriste toute la compagnie; le brigadier-chef AYMES est victime d'un accident de la circulation. Très gravement blessé, l'avant de sa moto n'est qu'un amas de ferrailles tordues que chaque fonctionnaire ne peut voir sans éprouver un frisson rétrospectif. Fort heureusement, il parvient à se rétablir grace à sa volonté, mais ne pourra reprendre le service actif,

En Juillet l'OP FEVRIER est affecté à l'unité, son arrivée coïncide avec le service des autoroutes Nord et Est de Marseille qu'il va animer et que l'unité va assurer pendant 15 mois à la sa faction de tous commandement et usagers...

Un mois plus tard cette affectation est suivie de celle de l'O.P. SADKOWSKI qui renforce son camarade dans la mission principale de l'unité, soit le service des Autoroutes.

Tableau effectifs
Le tableau des effectifs
 
Bureau du Commandant
La compagnie prête pour le cross compagnie.
Tableau d'affectation des véhicules
 
AVEC LA CRS 165  PENDANT  LA GUERRE D'ALGERIE (Paul Despaux)
 
 
En 1964,  la CRS. 165 change d'appellation, elle devient la CRS N°53. Cette nouvelle codification n'apporte aucun changement et chacun s'adapte rapidement.
 


Accueil - Origines - Les GMR - Les FRS - Les CRS - Histoire des Cies - Les GMS - La Garde - Remerciements
Collections - Pièces jointes - Photos - Documents - Matériels -Cantonnements - Biographies - Bibliothèque - Vidéos - Liens
Copyright© 2000 Jan-Marc Maupoix