Les Polices Mobiles

CRS  n° 8

 

 
 

NOTICE DESCRIPTIVE DE L'INSIGNE DE LA C.R.S. N°8

 

Cet insigne comporte :

1-- Sur la partie de sable un lion léopardé d'or armé et lampassé de gueules. Cet animal représente une partie des armes de la ville de Massy où a été créée en 1962 la CRS N°8.(Les armes de Massy sont celles d'un certain FERRY DE PALAISEAU, Seigneur de cette ville au XIIIème siècle et dont le sceau est conservé aux archives Nationales. Les descendants de FERRY s'intitulèrent longtemps sire de MASSY).
2-- La partie Azur porte :

 a-   La nef de Paris symbolisant que l'unité est implantée dans la région parisienne et qu'elle effectue de nombreux services sur Paris.

 b- Un vol d'argent en forme de V et surmonté d'une étoile. Le vol stylisé indique l'initial de VELIZY où l'unité a été implantée en 1966. L'étoile figure également sur les armes de la ville de VELIZY. Elle symbolise le guide et l'orientation et figure à ce titre sur les insignes du personnel naviguant de l'armée de l'air dont une base très importante est implantée à VILLACOUBLAY.

 

HISTORIQUE DE LA C.R.S. N° 8

 

C'est le 7 mai 1962 qu'un arrêté de Monsieur le Ministre de l'Intérieur portait création des Compagnies Républicaines de Sécurité n° 7 et 8, et leur donnait une vocation parisienne.

Cette création marquait l'intérêt que Monsieur le Ministre de l'Intérieur portait à nos formations, et son désir de voir renforcer les effectifs de Police en tenue, dans cette région à la démographie sans cesse croissante.

Le 21 mai, soit moins de quinze jours après la parution de cet arrêté, la C.R.S. n°8, installée provisoirement à LAGNY, comptait déjà 103 fonctionnaires à son effectif. Vingt jours plus tard, il était à 170, et l'unité réalisait la prouesse, quarante quatre jours après sa création, de faire mouvement en unité constituée à l'effectif de 40 pour un déplacement de deux mois en Algérie, où elle relevait la C.R.S. n°4. Sous les ordres du Commandant LEBON, la Compagnie assurait la garde des points sensibles d'abord à BONE et ensuite à ROCHER NOIR.

Ce déplacement permit à l'unité de commencer à se "rôder". Les origines des fonctionnaires étaient en effet diverses. A un noyau expérimenté issu des unités de la première région s'étaient joints de nombreux gardiens stagiaires en attente d'affectation à LAGNY, et un certain nombre de gradés et gardiens venant des Compagnies d'Algérie. Le Commandant MONIER assura pendant un mois le commandement de l'unité, puis transmit le flambeau au Commandant LEBON, qui eut la charge de réaliser l'amalgame et d'amener la CRS N°8 au niveau professionnel où elle se trouve aujourd'hui.

La C.R.S. N°8, dès le retour d'Algérie, rejoignit sa sœur jumelle la C.R.S. n°7 à MASSY-VERRIERE, où elle résida pendant plus de trois ans. Elle participa pendant ces années à de nombreux services, services d'honneur et de sécurité pour les déplacements présidentiels, tels que REIMS, COGNAC, TOULON, ANGERS et VERDUN ; surveillance des frontières de l'EST ou du NORD EST en 1963 et 1964 ; services de maintien de l'ordre hors région, à ROUEN et à RENNES ; surveillance des centres pénitentiaires de THOL et de FRESNES.

Mais l'installation à MASSY n'avait qu'un caractère provisoire, et les deux unités sœurs attendaient avec quelque impatience que le cantonnement définitif de VELIZY soit mis à leur disposition.

Ce cantonnement où vous vivez aujourd'hui, dans des conditions de confort qu'encore beaucoup d'unités nous envient, a été voulu par Monsieur le Ministre de l'Intérieur. Monsieur le Député-maire de Vélizy ici présent et son Conseil municipal ont tien voulu offrir un terrain pour permettre la construction des installations modernes et fonctionnelles dans lesquelles vous vous trouvez.

Les C.R.S. N°7 et 8 s'installèrent donc à VELIZY le 16 avril 1966.

Depuis cette date la C.R.S. n°8 a participé avec sa voisine à la régulation routière sur les nationales 186 et 186 A. Elle a aussi effectué plusieurs déplacements de maintien de l'ordre, tels que ST-NAZAIRE et REDON où le Commandant LEBON, le Capitaine PERDRIAT et le gardien ARRONDELL furent blessés.

Vinrent ensuite les évènements de mai 1968 où la Compagnie eut à essuyer les premiers chocs du quartier latin, et enregistra en une seule soirée trente huit blessés dont beaucoup sont encore présents à l'unité : le Lieutenant VALLET, le Brigadier DOLFINI, le Gardien DORDHAIN et bien d'autres.

Cette période fut particulièrement difficile et éprouvante, les nécessités du rétablissement de l'ordre public exigeant de tous les fonctionnaires de police, une présence quasi-permanente. Je profite de l'occasion qui m'est offerte pour rendre publiquement hommage au courage et à l'abnégation de tous, sans omettre d'y associer les agents de service, car dans cette période difficile vous avez donné le plus bel exemple de conscience professionnelle.

La C.R.S. N°8, compte, à ce jour, un peu plus de sept années d'existence, et à ce titre nous pouvons faire figure de "benjamin" dans notre corps. Cependant, si ces sept années ont été jalonnées de joies nous avons eu aussi nos peines et en ce vingt-cinquième anniversaire de la création des Compagnies Républicaines de sécurité, je vous propose de nous recueillir et d'observer une minute de silence en souvenir de nos morts.

 
J'ai cité :
-- Le Brigadier KARSENTI René décédé des suites de maladie le 8 septembre 1968
-- Le Gardien BLANQUET Pierre décédé le 29 novembre1963.
-- Le Gardien TAILFER Jean mort en service commandé à ROCHER NOIR le 25 août 1962.
-- Les Gardiens MELOTTE Maurice et GODEC Jules décédés le 16 juillet 1966 au cours d'un accident de la circulation.
 
( Vélizy, le 5 décembre 1969)
 

Le Domaine de Bel Air :

De la Duchesse de La Vallière   à    la C.R.S. n° 8

 
 


Accueil - Origines - Les GMR - Les FRS - Les CRS - Histoire des Cies - Les GMS - La Garde - Remerciements
Collections - Pièces jointes - Photos - Documents - Matériels -Cantonnements - Biographies - Bibliothèque - Vidéos - Liens
Copyright© 2000 Jan-Marc Maupoix