Les Polices Mobiles

GMR  "Jarez"

 

       
 
             
 

 

            Les hommes du groupe "Jarez", plutôt que de se joindre aux Résistants, préférèrent retourner docilement dans leur cantonnement et attendre la suite des événements.
**********************
Extrait du livre de Michel Germain "Histoire de la milice" :
 
            "..............Le commandant Verne, chef du G.M.R. « Jarez », poursuit sa lutte contre la 13° compagnie de F.T.P., jusqu'à pouvoir, fin avril, arrêter son chef, Michel Advint, qui, blessé à la jambe droite, est emmené à Annecy dans les locaux de la Milice. Torturé, il décédera après la Libération des suites des sévices qu'il a subis..........."
 
            "..............Le 10 juin, un détachement du G.M.R. "Jarez " cantonnant à Cluses, monté sur quatre véhicules, grimpe en fin de journée au Mont-Saxonnex pour récupérer le matériel abandonné la veille par des Lyonnais du G.M.R. "Bellecour".
                Arrivé au quartier Morsullaz au sud de Mont-Saxonnex où devait se trouver le matériel, dit le rapport du chef de corps, les groupes du G.M.R. "Jarez" se trouvèrent en présence d'un groupe dissident du G.M.R. "Bellecour". Ils ont parlementé, mais il n'y a pas eu d'accrochage par armes. Le matériel n'a pas pu être récupéré.
             Sur le chemin du retour, au chef-lieu de Mont-Saxonnex, un groupe de 10 réfractaires armés venant en camionnette de la direction de Brizon a engagé le combat avec les groupes du G.M.R. "Jarez". 5 ou 7 gardes du G.M.R. "Jarez " ont été faits prisonniers. Deux de ces prisonniers sont rentrés ce matin au cantonnement de Cluses. Après le départ du G.M.R. "Jarez", la route du Mont-Saxonnex a été barrée avec un gros arbre abattu par le maquis. L'arbre sera enlevé aujourd'hui par la municipalité.............................."

 

 

***********************************

                Le 13 juin 1944, Bonneville en haute Savoie est attaqué par les FFI ; L'officier L. du GMR "Jarez" fait prisonnier sera exécuté. (Source A. Pinel)
                Le 14 juin 1944, le GMR se rendant à Annecy, tombe fortuitement sur un détachement de maquisards qui vient de stopper la colonne. Le groupe est sous les ordres du commandant V..., réputé pour son zèle et ses méthodes brutales. Sommé de déposer les armes, l'officier refuse catégoriquement. Le combat est sur le point de s'engager lorsque survient le véhicule du sous-préfet. Aussitôt, le commandant du GMR s'en remet à lui pour décider de la conduite à tenir. Préférant éviter une effusion de sang entre Français, celui-ci demande aux policiers de remettre leurs armes. V... refuse de s'exécuter sans  un ordre écrit de réquisition. Le sous préfet établit le document avant de reprendre sa route en direction d'Annecy où il est attendu pour une réunion à la préfecture. Les maquisards récupèrent les armes sans coup férir et le GMR retourne vers son cantonnement.
             Quelques heures après, Jacques Lespès est convoqué par la Gestapo d'Annecy. Vers deux heures du matin, la préfecture reçoit un message apprenant que le corps du malheureux est à la disposition des autorités françaises.
 

 En novembre 1944, devant la Cour de justice d'Annecy, parmi les méfaits reprochés au commandant du groupe "Jarez", il y eut celui d'avoir cherché à se dédouaner du désarmement de son groupe en transmettant aux Allemands l'ordre écrit qu'il avait exigé. Malgré les preuves matérielles, l'intéressé nia, mais la Cour le condamna à mort.

 
              Aprés le passage des commissions d'épuration, 70 % des fonctionnaires de la région furent maintenu dans leurs fonctions et répartis dans les différentes unités de CRS.
 
********************************** 
Internés de la prison Montluc à Lyon (Société lyonnaise d’histoire de la police)
 

LUIRARD Gérard, gardien de la paix au GMR Jarez, à Saint-Etienne (Loire) [AS – FTP]. Arrêté le 14 décembre 1943, interné à Montluc, Compiègne-Royallieu mi-janvier 1944, déporté à Buchenwald le 27 janvier 1944. Mort le 2 avril 1944 à Buchenwald.

 
*********************************** 
 
Commandant de 4° classe François Vernay
OP  Defonville
 
  > CRS n° 146
 
GMR aux archives de Saint Etienne
 
 594 W 1 : Notices sur du personnel de police (1939-1941).  Rapports du sous-préfet de Roanne au préfet de la Loire (1941-1943).  Notabilités proposées par le sous-préfet de Roanne pour faire partie  due l'Assemblée consultative nationale [de Vichy] (1941). Rapports du commissaire spéciale de police de Roanne sur la situation politique à Roanne ( (juin-septembre 1942, avril 1943). Enquêtes de police (1941-1943). "Complot" de la Résistance contre le sous-préfet de Roanne (1942). Liste d'Israélites réfugiés à Roanne (1940). Action des GMR (1944).  Censure : consignes et notes d'orientation à la Presse (1943-1944).    (1939-1944)
 
259 w 15 : Documents concernant la police, les GMR, la gendarmerie, la magistrature, l'arsenal de Roanne, l'entrepôt d'effets de Roanne, la SNCF, les employés de Roanne et d'autres communes, l'hôpital militaire de l'EPS, les subsistances militaires, les contributions directes et indirectes, les Ponts-et-Chaussées, les PTT, la chambre de commerce, les assurances sociales, la caisse d'épargne,  les Prud'hommes : listes, dénonciations, enquêtes, lettres de défense, réintégrations.
 
Fonds indéterminé censé être préfectoral : 
2 W 47 : Hommes nés en 1920, 1921, 1922.- Groupes 1 et 7 : statistiques. Classes 1940, 1941, 1942.-  Miliciens, police, GMR, Manufacture nationale d'armes de Saint-Etienne : listes.         (1943)
2W 202 : Dissolution des GMR, constitution des CRS.               (1944)
 
 


Accueil - Origines - Les GMR - Les FRS - Les CRS - Histoire des Cies - Les GMS - La Garde - Remerciements
Collections - Pièces jointes - Photos - Documents - Matériels -Cantonnements - Biographies - Bibliothèque - Vidéos - Liens
Copyright© 2000 Jan-Marc Maupoix