Les Polices Mobiles

GMR  "Mistral"

 

Création en mai 1944
Formé en mars 1944, son casernement était prévu à Graulhet à la megisserie Cathalan... ?
Il semble cependant que ce GMR n'ai jamais eu de cantonnement fixe. 
 
Le Commandant du GMR : Officier de Paix Roger Gros issu du GMR Provence est affecté au GMR  "Mistral"   pour former et commander ce nouveau Groupe. (Voir Rapport ci-dessous)
 
               Replié de Marseille sur Albi, le groupe qui se vit contraint par les circonstances de passer en totalité, cadres compris, du côté FFI. Contacté le 18 juin par la Résistance locale, le groupe avait dans un premier temps refusé les propositions de ralliement, mais les autorités régionales, informées de cette approche, tentèrent une "reprise en main". C'est in extremis, sur le point d'être "capturés" par le groupe "Aquitaine", venu de Toulouse sous les ordres de l'intendant Marty en personne, que le 23 juillet 1944, les 120 hommes du GMR "Mistral" passèrent tous à la dissidence avec armes et bagages. Ils furent aussitôt intégrés au maquis "Vendôme" regroupé dans la forêt de la Grésigne qui comptait environ 300 hommes, armés grâce à des parachutages. Les GMR furent d'un apport essentiel et participèrent activement aux combats de la Libération du département.
 
              Nommé capitaine FFI du Tarn le 1er août 1944. Son GMR reste une unité FFI jusqu’au 1er octobre 1944 avant de rejoindre Marseille. Il participe à des actions contre l’ennemi, du 17 au 23 août avec le bataillon Vendôme. Sous-lieutenant de réserve (1er juin 1945). Croix de guerre 1939-45. Officier de paix, adjoint au commandant régional des CRS à Marseille (1er février 1945).
 
 
 
 
 
 
 
Passage au Maquis "Jean Pierre" secteur Gaillac le 23 juillet 1944
      
 
 
 
               Replié de Marseille sur Albi, le groupe fut contacté le 18 juin 1944 par la Résistance locale, le groupe avait dans un premier temps refusé les propositions de ralliement, mais les autorités régionales, informées de cette approche, tentèrent une "reprise en main". C'est in extremis, sur le point d'être "capturés" par le groupe "Aquitaine", venu de Toulouse sous les ordres de l'intendant Marty en personne, que le 23 juillet 1944, les 120 hommes du GMR "Mistral" passèrent tous à la dissidence avec armes et bagages. Ils furent aussitôt intégrés au maquis "Vendôme" regroupé dans la forêt de la Grésigne qui comptait environ 300 hommes, armés grâce à des parachutages. Les GMR furent d'un apport essentiel et participèrent activement aux combats de la Libération du département
(Source A.Pinel)
               Officier de Paix Roger Gros est nommé capitaine FFI du Tarn le 1er août 1944. Son GMR reste une unité FFI jusqu’au 1er octobre 1944 avant de rejoindre Marseille. Il participe à des actions contre l’ennemi, du 17 au 23 août avec le bataillon Vendôme. Sous-lieutenant de réserve (1er juin 1945). Croix de guerre 1939-45. Officier de paix, adjoint au commandant régional des CRS à Marseille (1er février 1945).
******************
 
Mission particulière du groupe Vendome

  (source : http://labastide2levis.free.fr/chroniques/1944.htm)

Dans cet ensemble, le commandant de la zone E (groupe VENDOME) recevait la mission d'attaquer au passage les renforts ennemis venant de Toulouse, sur le tronçon de la N.88, entre Rabastens et Albi. Ordre lui en était adressé le 17 à 7 heures du matin.

Dans l'après-midi, à 16h15, une colonne motorisée ennemie est prise sous le feu du détachement chargé de l'embuscade, comprenant 40 hommes (en grande partie du GMR MISTRAL rallié le 23 juillet, à Albi, sous le commandement de M. Gros, officier commandant du groupe MISTRAL.
Ce détachement dispose à ce moment de:

  • 1 mitrailleuse
  • 2 fusils mitrailleurs
  • 34 mousquetons
  • et de 5 grenades GAMMON

L'ensemble est réparti sur un kilomètre de long, de façon à coiffer au même moment la tête et la queue d'une colonne assez importante, et se trouve à une certaine distance de la route.

La colonne ennemie est stoppée par les premières rafales. Trois véhicules s'écrasent contre les arbres, un canon est endommagé.

Après une heure de combat, l'ennemi qui s'est ressaisi, progresse sur les flancs du dispositif de l'embuscade, se couvrant par le tir d'une pièce anti-chars.

Le personnel de l'embuscade se replie par échelons dans des conditions rendues difficiles par le mordant de l'ennemi et l'arrivée de 2 autos-mitrailleuses venue d'Albi et qui ont suivi la route de Labastide de Lévis.

A 20h15, le regroupement des différents éléments qui ont tendu l'embuscade, ou apporté l'appoint de leur soutien, s'opère sous le commandement du chef de la zone E, VENDOME (aujourd'hui Lieutenant Colonel Van de Veen, de l'armée de l'Air), qui a suivi de bout en bout le déroulement de l'action.

Les pertes sont les suivantes de notre côté :
Groupe des GMR : 12 tués, 1 disparu
Groupe CFL :  3 tués, 1 disparu

En regard, l'ennemi a une soixantaine de tués, de nombreux blessés et laisse sur le terrain 4 véhicules détruits et 1 canon dont la flèche s'est écrasée au cours de la collision initiale.  (journal de Marssac)

 
(source : Archives Régionale Marseille)
 
Commission d'épuration 
 
Organe Liquidateur (OL)
         
Compagnie de réserve
             
 
  
 
OP Gros commandant du groupe 
OP Py Eugène 
OP Rousseau 
 
Sources des documents : Archives départementales des Bouches-du-Rhône cote 134 W 13

Site de conservation

Marseille

Lien vers le fonds

134 W 1-102 - Commandements régionaux des Groupes mobiles de réserve puis des Compagnies répub - Police/Compagnie républicaine de sécurité - 1907-1962 - 134 - W - 1 - 102

Titre

Fonctionnement des groupes mobiles de réserve

Analyse

GMR Mistral. Gestion du personnel : états du personnel, congés, certificats de blessures, démissions, convocations, arrêtés de nomination et de révocation, propositions à l'avancement, correspondance, notes de service, salaires, indemnités, factures, fiches nominatives de renseignements (1944). Rapports d'activités (1944). Personnel mort au combat : extraits d'actes de décès de gardiens du G.M.R. Mistral morts au champ d'honneur, correspondance, allocations de pensions aux veuves de guerre (1944). Répertoires nominatifs du personnel (1944). Liquidation : états du personnel, correspondance, attestations d'appartenance au maquis de membres du personnel du G.M.R. Mistral, photographies du maquis de la Grésigne, bulletins individuels de notes en vue du reclassement du personnel, avis de reclassement des gardiens de la paix du G.M.R. Mistral.

 
 


Accueil - Origines - Les GMR - Les FRS - Les CRS - Histoire des Cies - Les GMS - La Garde - Remerciements
Collections - Pièces jointes - Photos - Documents - Matériels -Cantonnements - Biographies - Bibliothèque - Vidéos - Liens
Copyright© 2000 Jan-Marc Maupoix