Les Polices Mobiles

CRS  n° 21

 

 
DESCRIPTIF DE L'INSIGNE DE LA C.R.S N° 21
 
"D'AZUR AU CHEF DE SAINT QUENTIN, D'ARGENT ACCOMPAGNE DE TROIS FLEURS DE LYS D'OR".
 
                           L'insigne de poitrine de la C.R.S N° 21 provient du blason simplifié de la ville de SAINT QUENTIN.

Le 19 janvier 1871, le Général FAIDHERBE livra la bataille de SAINT QUENTIN, il fut obligé de battre en retraite. En vertu de son héroïsme, la ville de SAINT QUENTIN se vit attribuer le privilège de mettre dans son blason la Croix de la Légion d'Honneur.

Le décret du 8 FEVRIER 1902 définit ainsi ses armes :

"D'azur au chef de SAINT QUENTIN, d'argent accompagné de trois fleurs de lys d'or; au canton de gueules chargé de l'étoile de la Légion d'Honneur".

L'écu timbré d'une couronne murale de cinq créneaux d'argent supporté par un cartouche de cuir, auquel est suspendu la Croix des Mayeurs accordé à dextre d'une épée, à senestre d'une clef avec la devise :

"PRODEO, REGE & PATRIA".

 
 

25ème ANNIVERSAIRE DE LA CREATION DES

COMPAGNIES REPUBLICAINES DE SECURITE

                    
               Nous célébrons aujourd'hui le 25ème anniversaire de la création des Compagnies Républicaines de Sécurité. Je remercie Monsieur le Préfet d'avoir bien voulu accepter la présidence de cette cérémonie, Monsieur le Sous-Préfet, Monsieur le Maire et toutes les personnalités de nous honorer par leur présence, enfin tous les retraités et les épouses de nos disparus qui ont voulu ainsi renouer avec les liens qui unissent notre grande famille.

Avant de passer à la lecture de l'ordre du jour, je voudrais faire un bref historique de la compagnie, de façon à ce que nos jeunes sachent combien leurs anciens ont eu de mérite et de peines pour faire à notre unité une place dans l'agglomération St-Quentinoise.

La C.R.S. 21 est issue du G.M.R. Vermandois, après un stage de formation à AINCOURT, elle arrive à St-Quentin, le 1er mai 1943. Avant son installation définitive rue Wallon de Montigny le 12 décembre 1944, l'unité cantonne successivement à l'école Camille Desmoulins, puis à l'école de plein air et enfin à l'hospice Cordier. A cette époque, elle est placée sous le commandement du Commandant JOANNIN que nous avons le plaisir de recevoir aujourd'hui. Les officiers sont le lieutenant BESCOND, actuellement commandant à MARSEILLE, le lieutenant ESTIVAL, commandant à PARIS au Service des C.R.S., le lieutenant MAURAT, commandant au Groupement de TOULOUSE, le lieutenant DIMNET, en retraite.

Les Commandants DANTHENY, CUVELIER, DUPIRE, BATTOCHI, HEBERT, MERLE assureront le commandement jusqu'à nos jours. Depuis 1944, 26 officiers ont commandé une section et sont partis soit pour des cieux plus cléments, soit par avancement, soit par mise à la retraite .

Dès sa création, la C.R.S. 21 est mise à l'épreuve, c'est la période de la libération.

L'après guerre verra un emploi intensif de toutes les forces de maintien de l'ordre, comme les autres, la C.R.S. 21 participera aux nombreux déplacements vers les ports du HAVRE, de ROUEN, vers les bassins miniers du Nord et du Pas-de-Calais lors des grèves de 1947-1948. NANTES et St-NAZAIRE seront aussi des pôles d'attraction. Puis arrive la période Algérienne, huit séjours entre 1954 et 1962 éloigneront la compagnie de St-Quentin, tous les départements Algériens la recevront. Le 13 mai 1958, l'unité était sur le Forum à ALGER. Depuis, PARIS et sa région monopolisent nos activités et, en mai 1968, l'unité prendra sa part aux tristes évènements que nous connaissons. Son séjour Parisien sera d'ailleurs coupé par deux voyages à ROUEN pour les mêmes motifs.

Dans un cadre plus agréable, la C.R.S. 21 a fait de nombreux déplacements aux frontières terrestres, maritimes et aériennes. De DUNKERQUE BALE en passant par MAUBEUGE, les Ardennes, la Lorraine et l'Alsace. Les ports du HAVRE, ROUEN, DUNKERQUE, BOULOGNE „CALAIS, les aérodromes d'Orly et du Bourget, Beauvais-Tillé, Calais-Mark, le personnel a accompli sa tâche à la satisfaction des autorités d'emploi.

Et, si de nombreux déplacements ont éloigné la C.R.S. de sa base, elle s'est efforcée de participer à la vie de la cité. Si les anciens ont aidé à la libération de la ville, ils ont voulu, par la suite, être présents à ses manifestations et l'on a pu apprécier la musique de la C.R.S. 21 " La Lyre St-Quentinoise" dans les nombreuses fêtes locales et régionales tant par sa virtuosité que par ses défilés. Malheureusement, la multitude des déplacements, les mutations de certains musiciens ont entrainé la dissolution de la musique. Le sport a pris la relève et de nombreux St-Quentinois connaissent la salle de basket où l'A.S. Motobécane évolue en Fédéral, d'autres sociétés y font leurs tournois ou leurs entraînements. Les futurs professeurs d'Education Physique y viennent compléter leur formation sportive. La salle de judo accueille les jeunes qui veulent se dépenser dans un combat loyal et fairplay.

Les contacts sont également pris dans le domaine corporatif ou l'équipe de l'unité participe au Championnat et à la coupe, rencontrant, le samedi, les équipes des usines St-Quentinoises. Enfin, nos Maîtres-nageurs-sauveteurs sont à la piscine pour aider à former de jeunes nageurs.

Sur le plan policier pur, un appoint est apporté au Commissariat Central, non seulement dans le cadre des plans " PRIMEVERE" mais aussi, en tous temps, pour assurer des sorties d'école, des points de circulation, des protections de travaux et contrôler le comportement des mineurs

Les responsables de la ville et de la Région ont su apprécier cet apport de la compagnie à la ville de St-Quentin et, à une époque ou on parlait beaucoup d'une transplantation de l'unité vers la capitale économique de Picardie, ils ont, par leurs interventions auprès du Ministère de l'Intérieur, permis à St-QUENTIN de garder la C.R.S. 21.

 

 
 


Accueil - Origines - Les GMR - Les FRS - Les CRS - Histoire des Cies - Les GMS - La Garde - Remerciements
Collections - Pièces jointes - Photos - Documents - Matériels -Cantonnements - Biographies - Bibliothèque - Vidéos - Liens
Copyright© 2000 Jan-Marc Maupoix