Les Polices Mobiles

HISTORIQUE DE LA CRS n° 162 (Uzès)

(Réalisé par Alain Crosnier)

 

     
cendrier 
Insigne de la CRS 162 Château ducal  (dit le Duché) à Uzès

Cendrier en céramique réalisé par un potier d'Uzès.

"collection Jean-Paul Pichon, Uzès".

............La CRS N° 162 d’UZES  occupera le casernement d’UZES  au cours du mois de Novembre 1945. (Référence : Ordre du jour du Commandant Principal Robert FARRET à l’occasion de la commémoration du 25ème anniversaire de la création des CRS le 08 Décembre 1969 à AVIGNON- MONTFAVET).

 L’Unité a été placée successivement sous le commandement  du Lieutenant CLAPAREDE, des Commandants MONNEREAU - JOULIER - BOURREL et LABERNARDIE (Chef du Groupement des CRS N° IX de MARSEILLE fin 1969) puis des Commandants FRERIOND - FOL - MARCHAND et  BOSSET.

Le Commandant Principal Robert FARRET  rappela que le premier Commandant de la CRS N° 60, le Commandant Pierre HEBERT venait de s’éteindre le 27 Novembre 1969. (Après son départ d’AVIGNON, il avait commandé la CRS N° 21 de SAINT- QUENTIN du 01/06/1964 au 30/06/1965).

 Dès sa création, la CRS N° 162 d’UZES devait faire face à des situations difficiles.....

1945 - Paralysie des Ports de MARSEILLE et de SETE.

1947 - A la dissolution du Groupement des CRS de MARSEILLE, la CRS N° 162 d’UZES désarmera la CRS N° 156 implantée au   PONTET (Vaucluse), bien que cette dernière n’ait pas participé aux évènements qui s’étaient déroulés à MARSEILLE. Le Commandant à la retraite  Emile VIALA, Lieutenant à la CRS N° 162 d’Uzès qui avait participé à cette action nous relatait ces faits. Il avait désarmé personnellement son neveu.

1948 - Grèves des bassins miniers : 100 jours au Bassin de GREASQUE.

1952 -Bassin d’ALES puis il y aura l’Algérie.
1954 - PHILIPPEVILLE.

1955 - ALGER puis PHILIPPEVILLE au cours de la même année. (Deux déplacements de trois mois chacun). Et  bien sûr d’autres déplacements  au cours de la même année.

Le premier mort en service commandé durant la Guerre d’Algérie  au sein des Compagnies Républicaines de Sécurité le 20 Août 1955, le Brigadier Irénée DUVERNEY de la CRS N° 162 d’UZES.

Puis BATNA, CONSTANTINE, TEBESSA…

1961- BEZIERS. Violents affrontements avec les viticulteurs  (38 blessés parmi les CRS).

Le  Journal des services  marches  et déplacements de la CRS N° 162 d’UZES côté et paraphé  par le Colonel Jean FONTY, Commandant du 9ème groupement des CRS de MARSEILLE, auquel je fais référence dans cet article, couvre  la période du 01er Janvier 1962 au 31 Décembre 1962. Il comporte 63 feuillets.

Au 01er Janvier 1962, le tableau nominatif Commandant- Officiers dans l’ordre d’ancienneté est le suivant :

-        FOL Marius Commandant  2ième échelon le 01/12/1960.

-        VIALA Emile OPP             2ième  échelon le 01/01/1960.

-        RIMAUD Philippe OP        2ième échelon le 17/08/1961.

-        WETZSTEIN Bernard OP   2ième échelon le 25/07/1960.

(OPP- Officier de Paix Principal- OP- Officier de Paix)

Le tableau numérique des Gradés et Gardiens :

1       Brigadiers/ Chefs- 22 Brigadiers- 155 Sous- Brigadiers et Gardiens. Total : 183.

Effectif total de l’Unité : 187.

 

 Mouvement des Commandants et Officiers en 1962 :

-        L’OPP Emile VIALA quitte le déplacement d’ALGER le 22/01/1962 car il  est nommé Commandant le 01/02/1962 à la CRS 132 qui deviendra la CRS N° 50 de LA TALAUDIERE. (Il commandera cette Unité du 01/02/1962 au 31/12/1966).

-        Le Commandant Marius FOL est muté à la CRS 161 de MONTPELLIER le  15/02/1962.

-        Le Commandant Gaston MARCHAND est désigné pour assurer le Commandement de la CRS 162 d’UZES par intérim (Lettre de service du 01/03/1962). Il sera affecté le 01/06/1962.

-        L’OPP Claude BEDIER venant de la CRS 161 est affecté le 01/08/1962.

-        L’OP stagiaire Paul MARCHAND venant du CIASN de SENS est installé  le 01/08/1962.

-        L’OP Philippe RIMAUD est muté à la CRS 161 MONTPELLIER le 01/09/1962.

-        L’OP Bernard WETZSTEIN est détaché à ALGER auprès du Gouvernement algérien en qualité d’Assistant Technique le 07/11/1962.

Mouvements des Gradés et Gardiens en 1962 :

-        2 Gardiens sont  démissionnaires le 12/01/1962.

-        20 Gardiens stagiaires sont affectés à la CRS 162  le 05/02/1962.

-        2 Gardiens sont mis en fin de stage le 01/04/1962 pour convenances personnelles.

-        1 Brigadier/ Chef- 1 Brigadier  et 28 Sous- Brigadiers et Gardiens sont affectés à la CRS 162 le 22/06/1962. Total : 30. (fonctionnaires mutés A/C du 01/07/1962 en provenance de Compagnies algériennes 194- 196- 197- 198- 199- 206- 207- 208- 209- 212).

-        Affectation de 14 Gardiens stagiaires issus du 39ième stage de Gardiens de la Paix  à SENS le 27/08/1962.

-        11 Sous- Brigadiers sont mutés à la CRS 199 à MARSEILLE qui prend possession de ses nouveaux locaux Rue Laboureur en AVIGNON -  1 Gardien est muté à la CRS 21 SAINT- QUENTIN- 15 Sous- Brigadiers sont mutés dans les Corps Urbains le 01/09/1962.  Total : 27. 

Tableau numérique des véhicules de la Compagnie :

Tourisme : 1 (Véhicule  Domaine affecté au Commandant d’Unité).

Voiture de reconnaissance : 4 - Jeep : 1- Secours Routier : 1 - Car de Brigade : 9 (Perception de 9 Cars neuf à la CRS N° 2 le 01/09/1962) - Car de Commandement : 1 - Camionnettes bagages : 5 - Camionnette légère : 1 - Camion P45 : 2 - Camion radio T55 : 1 - Camion atelier : 1 - Motos : 6 - Bicyclettes : 9 - Remorque Mat LAFFLY : 2 - DE 95 : 1 - Cuisine roulante : 1.

 

L’emploi de l’Unité : 

 La CRS 162 d’UZES est en déplacement à ALGER du 10 Décembre 1961 au 19 Février 1962. Ce sera son dernier déplacement effectué sur le sol d’Algérie. Elle occupe le casernement de la CRS 193 à HUSSEIN- DEY.  Elle effectue différentes missions dont la garde provisoire du casernement de la CRS 191 à El- Biar (Alger) où elle est rapidement  relevée par la CRS 41. Effectif déplacé : 131 + 6 civils.

Le  parc lourd de la CRS 162 sera acheminé depuis le  port d’ALGER jusqu’au Port de MARSEILLE par deux convoyeurs de l’Unité  le 17/02/1962 sur le cargo TOUGGOURT de la CNM.  La Compagnie  sera relevée par la CRS 174 de MARSEILLE. Elle fera retour depuis l’Aéroport d’ALGER Maison Blanche  par voie aérienne à bord de deux DC 4 d’Air Algérie (2X 48 hommes) et un Bréguet 2 ponts d’Air France (21 hommes dont le Commandant Marius FOL). Elle sera acheminée depuis Marignane  au Camp Saint- Pierre (implantation actuelle  de la  CRS N° 54 à MARSEILLE) par la CRS 199 de SETIF avant de rejoindre son casernement d’UZES au cours de l’après- midi et en début de soirée.

Dès le lendemain, une section de l’Unité  viendra garder un assigné à l’Hôpital Sainte Marthe en AVIGNON.

Du 01er Mars 1962 au 21 Juin 1962, l’Unité assurera la surveillance du secteur de Saint Maurice l’Ardoise dans le Gard et assurera la protection rapprochée du CARS. (Camp d’Assignation à Résidence Surveillée). Horaires : 20H00- 06H00. Elle participera au procès de NÎMES le 13/04/1962  des 13 assignés évadés  de Saint- Maurice l’Ardoise. Elle effectuera également plusieurs escortes d’assignés, acheminés depuis PARIS par voie aérienne par des effectifs de la Préfecture de Police  de l’aéroport d’ORANGE CARITAT à SAINT- MAURICE L’ARDOISE.

NB : Afin de mieux comprendre cette période de l’histoire, la CRS 162 d’UZES étant citée dans le document, je vous recommande la lecture de  Criminocorpus- revue d’Histoire de la justice, des crimes et des peines. Justice et détention politique. Répressions politiques en situation de guerre. Saint- Maurice l’Ardoise : Un camp pour activistes dans le Gard en 1962.

Didier LAVRUT

Article paru dans la revue d’histoire moderne et contemporaine de Nîmes et du Gard, n° 23, 2007, p 19- 43.

(Consultable sur Internet).

Du 23/06/1962 au 11/08/1962 la CRS 162 effectue un renfort des Renseignements Généraux sur le Port de MARSEILLE.  Contrôle des passagers clandestins  et saisies d’armes. Effectifs déplacés : 121 + 6 civils. L’Unité est logée au casernement de la CRS 174 à Saint Thys- Saint Loup à MARSEILLE. Relevée par la CRS 161.

Le 01er Septembre 1962, la CRS N° 162 perçoit 9 Cars de Brigade neufs auprès de la CRS 2 Caserne des Coches Avenue de Sceaux à VERSAILLES.

Du 12/10/1962 au 30/11/1962, la Compagnie est à nouveau en déplacement à MARSEILLE, cantonnée à la CRS 172 Domaine de  la Ravelle (La Rose). Missions de gardes statiques (GS). En fait, un plan anti Hold-up. Elle surveille en permanence sur 4 secteurs (1 par section) par équipes de 2 ou 3 fonctionnaires armés du PM MAT 49,   trente sept établissements bancaires (PTT – Perceptions- Caisses d’Epargne ainsi que 17 PMU le dimanche. Elle est relevée par la CRS 81 de DIJON.

 De nombreuses missions et services sont également effectués par l’Unité. Férias de Pentecôte de NÎMES et d’ARLES, Matchs de football à NÎMES Olympique Rue Jean BOUIN à l’époque, Voyages Présidentiel à TOULON dans le Var et plusieurs voyages Ministériels, Déplacements à MONTPELLIER les 28 et 29/10/1962 pour le Référendum ainsi que pour les élections législatives du 18 et 25 /11/1962 dans cette même ville. La CRS 162 participe à des opérations de Police, effectue des barrages  et de nombreux contrôles routiers.

L’OP Philippe RIMAUD et le Brigadier Paul DUTHU participent à l’encadrement du 39ième stage des Gardiens de la Paix à SENS du 10/05/1962 au 11/08/1962 ainsi que le Brigadier Eloi COUDERC  au 40ième stage des Gardiens de la Paix qui se déroule du 30/08/1962 au 01/12/1962.

Plusieurs MNS de la Compagnies sont employés sur les plages de Méditerranée et de l’Atlantique.

Un Brigadier et 7 Sous- Brigadiers sont employés à HYERES (Var) du 01/07 au 15/09/1962. Brigade des Mineurs.

 Quelques  éléments de l’Unité  assurent des missions ponctuelles, secours routier, campagne d’éclairage, mission concernant le recueil de renseignements sur la circulation, sur la situation atmosphérique, sur l’état des routes  sur les axes ALES- REMOULINS et REMOULINS- PONT- SAINT- ESPRIT (par patrouilles portées  de 3 fonctionnaire sur la tranche horaire 02H30- 07H00). Ils doivent informer impérativement  la permanence radio de l’Unité à 03H45 et 05H45 qui transmet ces informations au 9ième Groupement de CRS  de MARSEILLE. Le  Groupement de CRS répercutant ces données  à inter service route à l’attention des usagers.

·       Au cours de l’année 1962, les consignes N° 1 et N° 2 concernant le maintien du  personnel de l’Unité sont très souvent mises en œuvre*

·       Le 20/12/1962 le Commandant Gaston MARCHAND se rend à SENS pour la translation du drapeau des C.R.S.

Au cours de la nuit du 25 au 26 Décembre 1962 on observe une forte baisse des températures à UZES. Deux blocs moteurs de Car sont fendus par l’effet du gel.

Un seul candidat se présente aux épreuves du BCT à MARSEILLE. Le Gardien Christian FESSARD est admis.

Plusieurs sessions de natation de 50 mètres nage libre avec plongeon  sont organisées  à la piscine du Chevalier Roze  à MARSEILLE. Epreuve obligatoire pour les Gardiens de la Paix stagiaires  en  vue de leur titularisation. Elles sont supervisées par le Commandant Robert FARRET ou l’OPP Yves PREAU du 9ième  Groupement des CRS de MARSEILLE. Des séances de prestation de serment  se déroulent devant le Juge d’Instance du Tribunal d’UZES.

L’Unité organise ses séances de tir au Mousqueton et au FM 24/29 au Camp des Garrigues à NÎMES ou à SAINT LAURENT des ARBRES et les séances de tirs au PA MAC 50  et PM MAT 49 à l’ARDOISE.

Cette Compagnie sportive est championne  du tournoi régional de Foot- Ball.          

La CRS N° 162 d’UZES sera mise en extinction en 1964.

L’Officier de Paix Jean DUFFES  de la CRS N° 60 AVIGNON-MONTFAVET, conformément au TO CRS/ CRG IX/1 N° 352 remettra définitivement  les clés du casernement d’UZES le 26 Janvier 1971 à 10H00 en présence de Monsieur André RANCEL, Maire et Conseiller Général d’UZES, Monsieur PRAT, Adjoint au Maire, Monsieur RIBOT, Chef du Service des Bâtiments Départementaux et Monsieur GROS, Ingénieur des travaux pour le C.A.T.I. de MARSEILLE (responsable des départements de la Lozère, du Gard et des Alpes Maritimes).

(Le CATI deviendra SGAP puis SGAMI). « Après une visite minutieuse de toutes les pièces,  Monsieur RIBOT acceptait le casernement pour le compte du département du Gard, non sans avoir, à maintes reprises, souligné le rôle bénéfique joué par les CRS qui surent entretenir,   souvent restaurer des locaux qui font partie du patrimoine  historique  et artistique de la Cité. Toutefois, il a émis les plus grandes réserves sur l’état de bon fonctionnement de la chaufferie à l’arrêt depuis de longues années.

A midi trente, la passation était officiellement faite.  La clé de l’entrée principale était déposée à la Mairie d’UZES. Les diverses clés des portes des pièces sont restées accrochées au tableau de l’ex Poste de Police.

Ultérieurement, le C.A.T.I. nous demandera de démonter les deux pompes à  carburant (essence et gazole) situées dans la cour.

Pour reprendre nos antennes radio, nous n’aurons qu’à solliciter la clé à la Mairie. Monsieur le Maire est d’accord pour que nous y retournions quand nous voudrons ».

Etaient présents pour les CRS 

-     L’Officier de Paix Jean DUFFES.

-        Le Brigadier Paul DUTHU, ancien du Maquis BIR-HAKEIM,  qui assurait la Garde du casernement. (Il restera pour notre histoire, le dernier  CRS en activité dans la cité ducale  à occuper ces lieux).

Ses obsèques seront célébrées dans la Cathédrale Saint Théodorit d’UZES le 19 Avril 2004. Il était âgé de 84 ans.

-        Le Brigadier Félix CANTARAL et les Sous-Brigadiers  Gérard SOMAVILLA du service des transports  et Marcel VIALA du service du matériel. 

* Le Sous-Brigadier Marcel VIALA conduisait le véhicule  404 Peugeot dont le Chef de bord était le Lieutenant Jean DUFFES*

-         Un conducteur du C.A.T.I. et un conducteur de la Préfecture du Gard  étaient également présents.

Le Commandant Principal Robert FARRET, Commandant de la CRS N° 60, avait donné ses ultimes consignes à l’Officier de Paix Jean DUFFES. Il lui avait fait prendre conscience  qu’en remettant symboliquement les clés, il allait mettre un point final à l’histoire de la CRS N° 162 d’UZES, créée vingt six ans plus tôt.

Son sort avait été scellé en 1964. Sa numérotation n’avait pas été changée comme pour les autres Unités des CRS.  De réduction d’effectifs en poste de gardiennage, elle était tombée dans un coma profond. En 1964 il ne restait à UZES qu’une grosse section. En 1965, trente fonctionnaires de cette Unité sont mutés dans les Corps Urbains.

L’arrivée  de la CRS N° 199 de SETIF, Rue Laboureur  en AVIGNON de Juillet à Septembre 1962 augmentée de deux sections de la CRS N° 191 d’ALGER avait précipité sa dissolution. Le nouveau casernement de la CRS N° 60 implanté  à MONTFAVET,  réceptionné en Novembre 1967, avait sonné le glas.

Pour avoir rencontré  plusieurs anciens de la CRS N° 162 d’UZES et en particulier Marcel VIALA, membre de notre Amicale, je peux attester qu’ils ont, jusqu’au bout conservé  l’espoir de voir l’Administration revenir sur cette décision. Le Président-Fondateur de l’AVAC de la CRS de Vaucluse, ajoutait : « Certains s’imaginaient, secrètement, qu’un homme politique au bras long, allait, comme dans le belle au bois dormant, redonner vie à la belle endormie. Il est vrai que le Duc d’UZES était en contact avec Monsieur Georges POMPIDOU et Monsieur  André MALRAUX.

La ville d’UZES située à 40 kms d’AVIGNON était relativement enclavée sur le plan de la desserte des lignes SNCF. Le classement  de la ville d’UZES en secteur sauvegardé date du 05 Janvier 1965. ( Réf : Loi MALRAUX du 04 Août 1962). Le travail conduit par l’Architecte Ariel BALMASSIERE d’UZES  et les différentes  entreprises qui ont participé à la mise en valeur du centre ville a été remarquable. Cette ville classée d’Art et d’Histoire en Novembre 2008 comprend environ 40 bâtiments classés au titre des monuments historiques. La CRS N° 162 d’UZES était implantée dans l’ancien Evêché, très vaste bâtiment du XVIIè siècle.

       « Bien qu’invités par les autorités, nous ne prenons pas l’apéritif à Uzès, le cœur n’y est pas. Nous rentrons directement à MONTFAVET. Au pied de notre parallélépipède, type barre HLM des années 60 qui nous sert de casernement depuis 4 ans, en constante réparation ou consolidation depuis sa livraison, je pense une dernière fois aux somptueux lieux qui abritaient  la CRS N° 162 d’UZES. Ma triste mission n’est pas terminée. Il me faut rédiger, sur le papier administratif, le dernier acte de ce décès programmé depuis sept longues années ».................

      

                                                            Alain CROSNIER

 

 



Accueil - Origines - Les GMR - Les FRS - Les CRS - Histoire des Cies - Les GMS - La Garde - Remerciements
Collections - Pièces jointes - Photos - Documents - Matériels -Cantonnements - Biographies - Bibliothèque - Vidéos - Liens
Copyright© 2000 Jan-Marc Maupoix