Les Polices Mobiles

GMR  "Normandie"

 

 
L'insigne représente le blason de la Normandie.
"De gueules à deux léopards d’or l’un sur l’autre".
 
***************************
 
Etablissement Louppe et Fils
         Les bâtiments hébergent le GMR, sont ceux d'une ancienne teinturerie industrielle, les Etablissements LOUPPE et Fils au 74 de la rue de Préaux à Darnetal.
 
          Cette usine de textile désaffectée, sera médiocrement aménagée faute de crédits.
 
Histoire : En 1876, Auguste Louppe reprend la teinturerie d'Hippolythe Bérubé réglementée par décret présidentiel du 19 juillet 1851. Il spécialise son activité dans la teinture en bleu indigo et en rouge andrinople. A partir de 1894, l'entreprise prend un essor considérable. Auguste Louppe se lance alors dans la teinture d'articles imitation soierie, très en vogue. En 1901, il s'associe à son fils aîné Raimond et fonde la société Louppe et Fils. En 1905, elle diversifie son activité et se lance dans l'impression des tissus de coton. La même année, la société fait l'acquisition de terrains qu'occupait par la filature des sieurs Delamare et Duchêne, détruite par un incendie. Sur ces terrains et tout autour de l'usine primitive, sont édifiés des ateliers en shed pour la teinture, le blanchiment, le calandrage, les apprêts, le grattage, le finissage... Deux puissantes machines à vapeur équipent les nouveaux ateliers. Les plus anciens toujours en activité utilisent toujours l'énergie hydraulique. Sur la rue, sont construits des logements, des bureaux et des magasins. En 1916, Robert Louppe fils entre à son tour dans la société transformée en société en nom collectif Fils A. Louppe et Cie. En 1928, les établissements Louppe sont rachetés par la Société Blanchisserie et Teinturerie de Thaon. Son activité cesse en 1936. En 1948, l'usine est transformée en caserne pour la Compagnie républicaine de sécurité 31, toujours en place. Aujourd'hui, tous les ateliers de fabrication ont disparu; subsistent une salle des machines (menacée), des bureaux, des entrepôts et des logements.En 1920, l'usine occupe 250 personnes
 
           En 1944 le GMR est commandé par le commandant Maurice DE BROSSARD
 

"En avril 1944, par exemple, une partie du GMR "Normandie", stationné à Rouen, fut requise pour une opération de police. L'armement comprenait quatre fusils mitrailleurs, dix mitraillettes, cinquante fusils, avait été fourni par les autorités allemandes. Le 18 avril, Rouen ayant subi un bombardement, le GMR "Normandie", employé aux travaux de déblaiement, fut indisponible. L'opération, décidée suite à des renseignements déjà anciens (près d'un mois) fournis par la gendarmerie de l'Orne, fut reportée au 15. Elle devait rassembler 68 gradés et gardiens du GMR dirigés par un officier. Le rapport de fin de mission indique que sur le terrain, les opérations prirent la forme de coups de filet, sur des espaces ayant approximativement dix kilomètres de côté et dont toutes les issues étaient gardées. Quatre secteurs furent "nettoyés" les 16, 17, 19 et 20 mai." (extrait du livre d'Alain Pinel)

( Maurice de Brossard devint commandant régional des CRS n° VIII à Dijon puis repris du service dans la marine et termina Amiral)
 
  >  CRS n° 31 
 


Accueil - Origines - Les GMR - Les FRS - Les CRS - Histoire des Cies - Les GMS - La Garde - Remerciements
Collections - Pièces jointes - Photos - Documents - Matériels -Cantonnements - Biographies - Bibliothèque - Vidéos - Liens
Copyright© 2000 Jan-Marc Maupoix