Les Polices Mobiles

CRS  n° 10    (ex 102)

 

 
 

DESCRIPTION HERALDIQUE DE L'INSIGNE DE LA C.R.S N°10

 
             L'insigne de la CRS N°10 a été pensé aux environ de 1950, par le colonel LE GUYADOR, à l'époque, commandant de la CRS N°102.

  Sa présence rappelle l'origine de cette unité stationnée à HAGUENEAU (Bas-Rhin) avant d'être définitivement implantée au MANS au printemps de l'année 1948.

  La partie supérieure droite a été empruntée aux armes de la ville de HAGUENEAU. En effet, l'églantine, ou fleur du rosier sauvage, rappelle l'origine de cette ville bâtie vers 1140 sur une île de la MODER, par l'empereur germanique FREDERIC 1er, encore appelé BARBEROUSSE.

 D'après les témoignages qui sont parvenus de cette époque, les églantiers étaient particulièrement abondants dans la forêt qui recouvrait la plaine d'Alsace. La partie inférieure représente les armes du MAINE.

 Le choix du Lion cher aux Anglais, dans les armes du MAINE, pourrait s'expliquer par la souveraineté anglaise exercée dans cette province par HENRI II Plantagenet et son fils RICHARD Ier, Cœur de Lion.

 En effet, le comté du MAINE créé au Xème siècle fut rattaché au comté d'ANJOU, HENRI II monta sur le trône d'ANGLETERRE en 1154.

            Il est intéressant de noter que le roi RICHARD Ier, cœur de Lion, fut jugé par un Tribunal Impérial établi à HAGUENAU.
 
HISTORIQUE DE LA C.R.S. N°10
 
Monsieur le Préfet
Monsieur le Maire
Monsieur le Président
Mon Colonel,
Mesdames
Messieurs
Mes chers camarades.
 

La Compagnie Républicaine de Sécurité N°10 qui portait précédemment le N°102, a été créée dans le Rhin au mois de juin 1945.

Implantée à HAGUENAU, elle était à l'origine, constituée d'éléments venus de toutes les régions de France, mais comportant toutefois une majorité Alsaciens-Lorrains.

Dès sa création, dans le cadre du décret du 8 décembre 1944, instituant ces unités mobiles de police, elle a connu une vive activité, sa mission principale étant alors la garde de la frontière franco-allemande, et notamment la recherche des prisonniers allemands évadés.

Elle a également participé au maintien de l'ordre au cours des grèves qui affectaient les mines de Moselle en 1947.

Les graves évènements de ces années 1947 - 1948, oui menaçaient l'existence même des institutions républicaines, amenèrent le Gouvernement à reconsidérer l'implantation de ses forces mobiles de maintien de l'ordre sur territoire national.

C'est ainsi qu'au mois de mars 1948, la CRS. N°102 venait s'installer au Mans, au n°1 de la rue de Bellevue, dans le quartier de la Croix de Pierre.

Le 28 mai 1960, en présence de toutes les autorités locales, Monsieur le directeur Général de la sûreté Nationale inaugurait le casernement définitif de la Compagnie sur le Domaine de Méhoncourt.

           Il serait vain de prétendre rappeler ici les innombrables missions qui ont été confiées à l'unité depuis sa création.
            Je mentionnerai seulement sa participation aux opérations de maintien de l'ordre, à l'occasion des grands mouvements sociaux qui ont jalonné la vie de la nation depuis la libération

-  Ce sont d'abord les grandes grèves de 1947­-48 dont j'ai déjà parlé.

-  Au cours de l'été de 1953, elle est l'une de ces 46 Compagnies qui font face aux difficultés créées par les viticulteurs du Midi.

-  En 1955, elle est à Nantes et à Saint-Nazaire où des troubles graves ont un retentissement national.

Cette contribution au maintien de paix publique s'est également manifestée hors du territoire métropolitain au cours de sept déplacements de longue durée effectués en Algérie.

-  En 1954, la compagnie se trouve dans le Constantinois, à SOUK-AHRAS et GUELMA

-  En 1955, elle est à THIERSVILLE, en Oranie.

-  En 1956, elle effectue deux séjours à ALGER en février et juin.

-  En 1957 CONSTANTINE

-  En 1962 de nouveau ALGER.

La durée moyenne de chaque séjour étant de trois mois, c'est au total près de deux années que la compagnie mancelle a passées en Algérie depuis 1954 jusqu'à la proclamation de la République Algérienne.

Mais ces déplacements motivés par des évènements exceptionnels sont loin de constituer la seule activité de nos fonctionnaires.

La situation géographique de l'unité la fait appeler très fréquemment, tantôt dans la région parisienne, tantôt dans les départements de l'Ouest où ses interventions ne se comptent plus, surtout depuis 1959.

Je mentionnerai également, parmi les services effectués de manière régulière, les déplacements de durée moyenne, un mois et demi environ, pour la garde des frontières maritimes au Havre et à Cherbourg, ou des frontières aériennes sur les aéroports d'Orly et du Bourget.

Lorsqu'elle est à sa résidence, la CRS N°10 apporte également sa contribution à la solution des problèmes qui se posent aux autorités responsables de la tranquillité et de la sécurité locales.

- Qu'il s'agisse de grands services d'ordre  à l'occasion de la course des "24 Heures", des épreuves sportives organisées sur le Circuit Bugatti, du Carnaval d'été ou des "Quatre jours du Mans".

-  Qu'il s'agisse encore de la circulation routière notamment lors des différentes phases de l'opération Primevère, ou du concours prêté à la Prévention routière dans l'action menée auprès des jeunes, dans les établissements scolaires.

- Qu'il s'agisse enfin, en des occasions heureusement plus rares, d'interventions dans la lutte contre les calamités publiques, et je pense aux inondations de l'année 1966.

Depuis près de dix années, la grande migration estivale entraîne la dispersion corrélative les effectifs de la compagnie pendant les mois de juillet - août.

Une grande partie du personnel va renforcer les polices urbaines dans les stations balnéaires de Normandie. D'autres agents vont participer à la sécurité des plages et des lieux de baignades, en se voyant confier la responsabilité de nombreux postes de secours. D'autres sont chargés d'animer les centres de loisirs pour la jeunesse.

               Il convient ici, de souligner l'effort très important consenti par la Police Nationale pour répondre à la demande sans cesse croissante des municipalités soucieuses de la bonne tenue et de la sécurité de leurs plages.

Cet aspect de notre activité me conduit à citer une autre catégorie de spécialistes.

Le ler août 1959 est créé le Peloton motocycliste, qui devient la Section motocycliste le ler janvier 1964, lors de la réorganisation consécutive au retour en métropole des compagnies implantées en Algérie.

Ces spécialistes sont bien connus du public, qui sait apprécier à sa juste valeur la part qu'ils prennent à cette tâche immense que constitue l'organisation de la circulation routière
 
*******************
 
             En ce 25ème anniversaire, je ne saurais achever ce tableau de la vie de notre unité sans évoquer le souvenir de ceux de ses agents disparus, les uns pendant l'accomplissement de leur mission, les autres victimes de la maladie ou de l'accident :
- Le brigadier-chef GRENIER Marcel tué le 20 octobre 1954, au cours d'une patrouille effectue à la frontière Algéro-Tunisienne.
- Le Sous-brigadier  JULIEN Michel, décédé le 5 octobre 1955, à la suite d'une chute de motocyclette, au cours d'une patrouille de Police routière.
 - Le gardien REITER Robert, décédé le 19 mai 1961 à la suite d'une chute de motocyclette au cours d'une patrouille de police
             Trois fonctionnaires ont été victimes d'accident de la circulation en regagnant leur domicile après leur service :
Le sous-brigadier CHAMPEUX Eugène décédé le 7 avril 1960.
Le gardien LECREFF Yves décédé le 12 juin 1951.
Le sous-brigadier CRUCHET Marcel, décédé le 23 octobre 1963.
              Nous aurons aussi une pensée émue pour ceux que la maladie ou l'accident survenu hors service ont fauché prématurément :
- le gardien LEBOUC en 1954, le gardien LEBELLER Julien en 1967, le brigadier ALBERT Antoine en 1967, le gardien BOUCARD Pierre en 1969.
*****************
              Ainsi a vécu, durant ce quart de siècle écoulé, notre collectivité, cette CRS N°10, intimement mêlée à la vie de la citée du Mans.
              Profondément attachés aux valeurs traditionnelles qui font de notre pays ce qu'il est, nos fonctionnaires sont aujourd'hui à l'honneur.
              Votre présence ici, ce soir, monsieur le Préfet, Mesdames Messieurs, nous est témoignage précieux de l'estime et de la sympathie que vous portez au corps des Compagnies Républicaines de Sécurité.
              Par ma voix, au nom de tous, soyez en chaleureusement remerciés.
 
*****************************
 

L'ÉPOPÉE EN NOUVELLE CALEDONIE DE LA CRS 10

par Michel COUTARD

 

Entre octobre le 8 octobre1954 et le 29 avril 1962, la CRS 102 a effectué 6 séjours en Algérie totalisant 1 an, 2 mois et 4 jours de déplacement en dehors Métropole : SOUK-AHRAS, GUELMA, THIERSVILLE, ALGER, CONSTANTINE, ORAN et ALGER. En parfaite autonomie, la CRS 102 avait embarqué tout son matériel sur des wagons mis à disposition par la SNCF pour le trajet LE MANS/ MARSEILLE pour enfin rejoindre l'Algérie en bateau. Soixante années se sont déjà écoulées depuis le premier séjour Algérien et, malheureusement de nombreux participants à ces déplacements sont disparus comme Christian GUILLOUAIS….

Plus tard la CRS 10 a aussi assuré des missions éloignées de sa base comme la Corse presque tous les 18 mois, la Nouvelle Calédonie à trois reprises et la Réunion en période de noël 1994. 

C'est en 1985, qu'elle effectue son premier séjour aux antipodes. Les conditions sont différentes : le théâtre des opérations est un territoire français, plus une "colonie", le conflit se situe entre kanaks et caldoches, ce n'est plus une guerre, la majorité du matériel se trouve sur place et le transport s'effectue en avion. Trente années se sont écoulées entre ces déplacements lointains : Algérie/Calédonie. C'est sur ce premier séjour en Nouvelle-Calédonie que nous allons nous attarder.

En fait, dès novembre 1984, les unités des CRS se succèdent en Nouvelle-Calédonie pour rétablir l'ordre en raison de troubles importants opposant les Kanaks (Canaques) et les Caldoches, les premiers, près de 62000, sont des Mélanésiens et assimilés répartis en ville mais également dans 300 tribus ou villages et les seconds un mélange de nombreuses ethnies près de 60000 européens et assimilés dans les villes mais aussi les "broussards", 12000 Wallisiens et Futuniens, 5500 Tahitiens, 5300 Indonésiens, 5200 Javanais, Vietnamiens, etc. et 1200 Vanuatais : sur une population d'environ 145 400 habitants, 70 000 vivent à Nouméa et sa périphérie.

Les rumeurs laissent entendre que nous pourrions faire partie des unités de relève. Tous, sans exception, s'intéressent d'avantage au problème Calédonien. Dès mai et juin 1985, on nous conditionne pour un éventuel départ en septembre - Août, les prévisions se confirment. Déçus sont les personnels en congés en septembre ou octobre, ça tombe mal. Ceux, aux cas particuliers - mariage, naissance, etc. se font connaître et sont remplacés par du personnel prévu en congés. Une certaine effervescence s'installe, nous sommes déjà partis et la discussion s'anime sur le voyage en avion qui sera peut-être le premier pour certains, le soleil, le dépaysement, etc. Enfin la date de départ est fixée au premier septembre.

Comme le prévoient les instances centrales, trois journées de préparation sont fixées à la période du 20 au 22 août. On apprend alors que le départ est reporté au huit septembre, déception chez beaucoup qui s'étaient psychologiquement préparés pour un départ le premier. Mais le 20 août, première journée de préparation, la date du premier est confirmée. Le moral est au beau fixe. C'est la dernière journée de préparation et après un film sur la Nouvelle-Calédonie projeté par Patrice HERVOCHON, le commissaire principal CHABAUD du Xème groupement des CRS de Tours qui a commandé le premier détachement en 1984 et qui a découvert ce territoire fait un exposé détaillé et complet qui ne suscite que peu de questions. On verra sur place...

Quelques rappels sur les formalités administratives et sur les matériels sont évoqués : change en XFP (550F00 français = 10.000F CFP), commande de postes chèques, de carte visa internationale, etc.), poids des bagages soit 30 Kg par personne.

Nous voilà tous en repos jusqu'au 30 août, date de la préparation et chargement des bagages personnels et des matériels collectifs avant le transport et l'embarquement à Roissy le premier septembre. Le 28 août, une quinzaine de fonctionnaires ont embarqué à Roissy pour Nouméa afin de préparer notre arrivée tant sur le plan logistique que celui de la mise en œuvre de la mission. Cette journée du trente est employée aux derniers préparatifs dont le pesage des bagages (22kg dans la valise, 6 Kg dans le sac de couchage et un petit sac de voyage le tout ne devant pas dépasser les 30 Kg. C'est pour nous le départ ou presque. Chacun passe le trente et un en famille et le premier arrive.  

Le premier septembre, une première équipe achemine les matériels et bagages sur l'aéroport de Roissy Charles De Gaulle pour un embarquement en conteneurs qui seront disposés dans les soutes de l'avion par les professionnels des aéroports de Paris (ADP). Le reste des personnels est convoqué pour 11heures. 

Toute la matinée, les véhicules pilotés par les épouses déposent les maris devant la grille du château. La séparation semble difficile pour les épouses qui, après avoir laissé échapper quelques larmes ou des regards attendrissants, regardent les maris s'engouffrer dans le casernement de la CRS 10. Ils partent pour deux mois et certaines d'entre-elles ont des difficultés pour accepter cette séparation.

A onze heures tout le monde est présent ce qui dénote une ferme volonté de réaliser un tel déplacement qui attise la curiosité mais aussi l'aspect financier. Après le repas, les personnels déplacés en tenue civile prennent place dans les véhicules pilotés par les fonctionnaires prévus de rester à la résidence. Il est treize heures, direction Lagny sur Marne où nous devons consommer le repas du soir. 

Une grande marge horaire de sécurité a été prévue en raison des retours des aoûtiens ; eh oui, les vacances d'été sont terminées. Sur l'autoroute, les aires de repos sont surchargées de vacanciers qui profitent des derniers rayons de soleil tout en consommant leurs repas. Le périphérique parisien est fluide et l'autoroute de l'est est vite atteinte. Il est seize heures lorsque nous pénétrons dans l'enceinte du château de Pomponne où réside la CRS 4 de I.agny et deux heures nous séparent du repas du soir.

Il fait si bon et si beau qu'on occupe ce temps par de longues promenades le long des allées du parc du château pour enfin consommer le repas. A 19h15, accompagnés de deux motocyclistes - les escortes des unités se font si rares depuis quelques temps - l'unité au grand complet se dirige vers Roissy où elle est prévue embarquer sur le vol UTA 562 à destination de Nouméa avec escales à Bahreïn, Singapour, Jakarta et Sydney.

Le commissaire François CASTERAN, ancien commandant de la 10, généralement surnommé "langue de velours" pour son riche vocabulaire qui conduisait bon nombre de fonctionnaires vers le Petit Robert, accompagne l'unité. Il représente, aujourd'hui, le Groupement des CRS N° 1 Paris-Ile-de-France. Son passage au Mans a été remarqué et tous ceux qui l'on connu se déplacent pour le saluer et se rappeler les bons souvenirs.

Les futurs passagers que nous sommes laissent apparaître une excitation due à l'importance d'un tel voyage où à l'appréhension de l'avion car, pour certains, c'est le baptême de l'air.

A 20H15, nous arrivons à l'aéroport que l'on appelle vulgairement "le camembert" en raison de son architecture. Après quelques formalités administratives, chacun d'entre-nous reçoit son billet aller pour Nouméa. Sa valeur de 1 2300F00 nous fait réfléchir et l'on entend "beau voyage mais coûteux".

Les collègues chauffeurs qui attendent notre départ pour rejoindre Le Mans paraissent moroses, auraient-ils un petit pincement au cœur ? Ils seront peut-être du deuxième voyage si l'unité est de nouveau désignée…

A 21H15, les fonctionnaires de la Police de l'Air et des Frontières (PAF) nous dirigent sur la salle d'embarquement en empruntant un long couloir équipé d'un tapis roulant. Le béton nous entoure. Salle 48, c'est à nouveau l'attente. Certains en profitent pour téléphoner à la famille, d'autres flânent et font du lèche-vitrine devant les magasins sous douane.

Vingt deux heures, le temps est venu de l'embarquement dans le monstre qu'est le Boeing 747. Nous empruntons le satellite et nous nous trouvons déjà dans l'appareil où les hôtesses nous dirigent vers la queue de l'avion pour occuper les fauteuils qui nous sont impartis. N'oublions pas que, nous sommes sur un vol régulier. Les dix rangées de fauteuils sont de part et d'autre des deux couloirs. Cet appareil au complet transporte 439 passagers et douze tonnes de fret à 900/950 km/h. Le personnel est particulièrement sympathique et serviable.

 Vingt deux heures quarante cinq, nous quittons l'aire de stationnement pour la piste d'envol. Le commandant de bord, Monsieur SAVARY, souhaite la bienvenue aux passagers (dont 80 CRS, 5 OR et AS), signale que l'avion est affrété par la TRANS-AMERICA et rappelle les règles de sécurité, démonstration de l'utilisation des gilets de sauvetages et des masques à oxygène. Les instructions lumineuses interdisent de fumer et demandent de boucler les ceintures.

Les réacteurs, au maximum de leur puissance, propulsent cette énorme masse et l'appareil prend son envol à 23H00. Notre ascension est prévue jusqu'à 9000 mètres d'altitude. Paris et ses environs tout illuminés se trouvent, sur notre gauche. Direction Bahreïn, capitale du pétrole, située dans l'archipel du golfe Persique.

Nous sommes partis, plus question de faire demi-tour. Nous avons une grande pensée pour nos familles. Ca fait toujours quelque chose un départ pour une longue durée ; pourvu qu'il n'arrive rien à la maison, à la famille, c'est le souci de tous les instants. Une heure plus tard, il est minuit et nous entamons la journée du 2 septembre. Il nous est servi le premier repas dont le menu est le suivant melon avec sa plaquette de beurre, saumon ratatouille, fromage de chèvre, brugnon, abricot, prune, en boisson petite bouteille de bourgogne ou de bordeaux ou jus de fruits au choix, café ou thé. Avec les petits déjeuners de type pain beurre, confitures, gâteau, café ou thé, lait, l'équipage nous restaure pratiquement tous les quatre heures sans doute en raison du décalage horaire.

A 00H25, le commandant de bord signale que nous nous situons au dessus de la Yougoslavie, à 9000 mètres d'altitude, à 950 Kms/H avec une température extérieure de moins 30°. Nous nous dirigeons, conformément au plan de vol, vers la Grèce, les îles de Rhodes et l'Arabie. L'escale est prévue à Bahreïn à 4H30 (5H40 locale), nous survolons le port d'Istanbul et dans la nuit profonde, l'éclairage de la ville laisse se dessiner comme une presqu'île des plus magnifiques. A 2H20, heure française, les côtes turques se dessinent sur notre gauche. A 4H40 (5H40 locale), le commandant de bord annonce notre approche de Bahreïn où la température est de + 33° et la distance parcourue de 4819 Kms.

A 4H55 (5H55 local), nous descendons de l'avion pour flâner en zone de transit achats de cartes postales, timbres, etc. A 6H05 = 7H05 local, c'est le départ pour Singapour avec de nouveaux passagers et un nouvel équipage, comme commandant de bord Monsieur GAGNE. Pendant le déplacement de l'appareil vers le point mort, nous sommes surpris par la présence de pièces d'artilleries disposées sur l'aéroport de manière, semble-t-il, à le défendre. A 6H20 (7H20 locale), l'avion s'envole pour Singapour. L'altitude atteinte est de 10500 mètres, la vitesse de 900km/h et la distance à parcourir de 6321 Kms. Il est 9H00 heure française, c'est l'heure du film. Nous sommes nombreux qui en profitons pour dormir, la fatigue se fait déjà sentir.

Nous sommes au dessus de l'Inde à 9H45 (F). Il faut attacher sa ceinture à 11H45 (F) en raison de turbulences. Nous sommes à l'ouest de Sumatra. Déjà Singapour, à 13H35 (F) nous amorçons la descente et la température annoncée est de 28°.

A 13H50 (19H50 local), nous faisons escale à Singapour. C'est la ruée vers les boutiques en zone de transit pour les achats divers dont les cartes postales, une nouvelle pensée pour les proches de métropole.

L'aéroport est magnifique et son agencement intérieur ressemble étrangement à celui de la gare Montparnasse à Paris.

A 15H20 = 21H20 local, départ pour Djakarta distante de 91l kms. 1’altitude est de 10000 mètres et la vitesse de 900 kms/h. A 16H30 ( 21H30 local), nous atterrissons à Djakarta. La chaleur y est écrasante. La plupart des magasins sont fermés, c'est une escale bien calme.

C'est à nouveau un départ, pour Sydney cette fois ci, il est 17H5O (22H50 local). 5482 Kms sont à parcourir dans un même couloir aérien et à la même vitesse. L'équipage a changé avec désormais le commandant de bord Monsieur BRIAND. 20H30, c'est l'heure du film ; nous nous endormons devant. A 22H45, le 2 septembre, 6H30 locale, le 3 septembre, nous sommes réveillés pour le petit déjeuner composé de pain beurre, madeleine, confiture d'orange, jus de fruits, café ou thé. Seulement 3H45 nous séparent du précédent dîner. Quelle petite nuit !!! Deux levers de soleil dans la journée du 2 septembre métropole, surprenant, d'autant plus que le second est particulièrement magnifique, l'horizon est en feu.  

A 23H30, le 2 septembre ou 7H40 local le lendemain, nous survolons les abords de Sydney. La végétation est éparse dans un sable blanc. La température est de plus 9°. A minuit  (8H00 local), l'intérieur de l'appareil où sont toujours les passagers est désinsectisé comme le prévoit, la réglementation en Australie. Nous ne pouvons quitter l'avion que lorsque l'opération est terminée. De nouveau, c'est l'envoi de cartes postales.

A 2H10 (10H10 local), nous quittons Sydney pour Nouméa, ville distante de 1978 Kms. Ce sera notre dernière étape avant notre point d'aboutissement. La fatigue se fait sérieusement ressentir.

La pluie pour ne pas dire le déluge est au rendez-vous mais il fait plus 20° lorsque l'appareil touche le sol de la Tontouta. Il est 4H30 ou 13H30 local. A notre descente de l'avion, le commissaire principal VIAL, commandant le groupement opérationnel du moment, nous souhaite la bienvenue dans un bref discours, il pleut et nous sommes dehors. Les véhicules Toyota et Peugeot Transit conduits par des équipages de la CRS 8, déjà sur place, nous attendent. Ils sont vite remplis et le convoi se dirige vers l'hôtel "Nouméa Village".

Seuls restent les camions militaires et une petite équipe pour récupérer les matériels et bagages collectifs et individuels. Les quarante cinq kilomètres nous semblent bien longs ; la grisaille et la végétation rachitique ne nous inspirent pas beaucoup dans ces moments de fatigue.

Nous passons devant le Haussariat, l'un de nos lieux d'emploi et enfin le Nouméa Village tout proche. Les repas seront consommés à environ 8 kilomètres de là, à la Rotonde près du champ de course.

A l'arrivée des camions militaires, tout le monde met la main à la pâte pour décharger nos matériels et bagages. Maintenant, nous nous installons et sombrons dans un profond sommeil. Pour une des équipes, le travail est prévu le quatre septembre à sept heures. Notre emploi ne diffère guère de celui de la métropole.

C'est à 7H00, à peine réveillés, que nous prenons le Petit déjeuner. Il nous faut un certain temps pour résorber la fatigue, le décalage et cette allure atterrée.

Nous sommes à Nouméa, ville cosmopolite à l'architecture désordonnée respirant les tropiques. Elle semble accueillante mais la vie y est très chère. Plantée de palmiers, cocotiers, flamboyants, tulipiers, manguiers, etc., elle présente une végétation nouvelle pour beaucoup d'entre nous. Pendant les repos, elle est sillonnée dans tous les sens à la recherche de l'inconnu. La bronzette pour certains à la baie des Citrons, à la plage du Club Méditerranée et un peu partout sur littoral pendant que d'autres plongent ou pêchent. Le début du séjour se présente bien et l'on ne ressent aucune tension particulière des autochtones pour l'instant. La brousse restera inconnue puisque le travail se cantonne à Nouméa pour nous. Ce sont les gendarmes qui ont en charge le restant de l'île.

Le travail s'exécute au Haussariat tout proche de l'hôtel. Avec le vaste parc, sa protection emploi neuf agents de jour comme de huit. De jour, la richesse végétale attire notre curiosité. De nuit, c'est beaucoup plus morose d'autant plus que l'éclairage extérieur ne fonctionne pas et dans ce trou noir l'attention de Bernard est attirée par un bruit sourd derrière la clôture grillagée. En fait, il s'agit des mouvements de cerfs et de biches cantonnés dans une réserve naturelle jouxtant le parc du Haussariat.

Maintenant que nous nous habituons aux lieux, il nous faut tenir bon, la famille est loin et le séjour est malgré tout difficile à gérer psychologiquement. Déjà une semaine de passée et les CRS 8 et 56 sont remplacées par la CRS 52 et 60. C'est à nous de les remplacer dans leurs missions alors que les gendarmes qui dorment, sur des lits de camp, dans les garages du Haussariat assurent la nôtre. Nous assurons les transferts des unités relevées et relevantes sur l'aéroport de Tontouta.

Nous nous adaptons à la population locale. Pendant les repos des petits groupes s'organisent des sorties et excursions comme, par exemple, un départ sur la "Mary D" vers l'île Amédée et son phare. Sur l'embarcadère à huit heures, le groupe attend le bateau et l'hôtesse récupère le billet collectif auprès de Jean-Jacques qui s'était chargé de l'organisation. Pour chacun d'entre-nous, cette sortie revient à 3850 CFP. Des touristes arrivent à leur tour ainsi qu'un groupe de jeunes appelés encadrés par un adjudant-chef et un adjudant stationnés sur l'île avec pour base d'implantation Metz sur le continent.

Dès l'arrivée du bateau, quelques membres de l'équipage fredonnent des airs Malaisiens. Répartis chacun à sa guise, l'embarcation quitte Nouméa à 8H30 pour un trajet d'une heure vingt minutes avant d'atteindre l'île et le Phare Amédée. Il fait frais mais les passagers restent sur le pont pour observer les fonds marins au travers d'une eau limpide et les poissons tout près du bateau ; c'est un aquarium. Les Malaisiens agrémentent notre trajet de leurs chants et musique pendant que des membres de l'équipage pêchent. Sous le soleil nous accostons vers 9H45 et sans perdre de temps tout le monde enfile le maillot de bain, pique une tête dans une eau claire et chaude et bénéficie de ce lopin de terre dans le pacifique. A pied nous parcourons le tour de l'île en dix minutes. Elle est à l'état sauvage excepter quelques bâtisses pour accueillir les touristes. La poste, parce qu'il y a une poste, construite d'une charpente montée sur pilotis reliés entre eux par des tablettes fixes est particulière. Un serpent corail, aussi appelé "tricot rayé" se faufile à noise arrivée. Les chasseurs de photos le mitraillent ; il est beau avec sa peau annelée aux couleurs noire et jaune ou bleu foncé et blanc mais il faut s'en méfier, il est mortel.

Un petit bateau à tond plat vitré se remplit et tout se beau monde part au large à la découverte des fonds marins à hauteur de la barrière de corail. Puisque nous sommes incapables de trouver les mots pour commenter ce que nous voyons, nous dirons tout simplement "c'est magnifique", "c'est un aquarium naturel" avec des coraux multicolores, des poissons de diverses couleurs qui viennent manger dans la main du plongeur mais aussi des requins de petite taille qui se jettent sur les croûtons de pain lancés au large de notre embarcation. Gérard, fondu de plongée, se jette à l'eau parmi cette flore et faune totalement différente de celle de sa Bretagne natale. La pirogue mise à notre disposition est également très utilisée.

Pendant tout ce temps, l'équipage vide le poisson pêché pendant le voyage et prépare un déjeuner sur place. Il entretient le feu du barbecue, prépare soigneusement le punch dont on se souviendra, étale les cartes postales et les paréos, etc. Le repas est animé par un groupe folklorique ; musique, chants et danses.

L'ambiance est chaude dès le pot de l'amitié. Le menu est composé de salade, poisson grillé, poulet, etc., dessert, jus de fruits et vin rouge. Le café servi au bar pendant la démonstration de paréos complète le repas.

Sous le soleil brûlant c'est le moment de la bronzette et du bain. Certains s'endorment.

L'heure du retour sonne à 15H30. Tout le monde est bien gai ; les musiciens, assis en tailleur sur le plancher, adaptent leurs airs aux chants entonnés par les passagers et notre équipe se fait entendre avec des chansons bretonnes. Jacques, Jean-Jacques, Gilbert, Jean-Louis, Gérard savent amuser le public. Jean-Jacques boit une bière cul-sec avec un passager Néo-zélandais en s'accrochant par le bras. C'est déjà le début d'une amitié mais Madame la Néo-zélandaise fait grise mine. Elle surveille le comportement de son époux. Le retour nous semble trop court. Nous arrivons déjà et les passagers se dispersent chacun de leur coté. Notre groupe se dirige vers la Rotonde toute proche pour y consommer le dîner. La soirée se termine avec une réelle fatigue.

Les jours défilent et, en dehors du travail, il faut se distraire. Chacun y trouve son compte : plage, pêche, visites du port et du parc forestier. C'est dans ce dernier que nous découvrons le "cagou", cet oiseau rare qui ne vole pas et aboie comme un chien. En voie de disparition, il est désormais protégé. C'est l'emblème de la Nouvelle Calédonie et tous les matins, à 5H00 sur la radio locale, nous pouvons entendre le cri du "Cagou" suivi de la Marseillaise. Il est beau mais sauvage et trois fois plus gros qu'une mouette. En l'approchant, il est sur la défensive avec ses ailes toutes grandes ouvertes et sa huppe ressortie nous réussissons à faire quelques photos.

Ce parc renferme aussi une multitude d'autres animaux au plumage laissant apparaître des couleurs vives et une botanique particulière à la Nouvelle Calédonie et aux antipodes. Les yeux et l'odorat sont flattés. Le surveillant, vêtu de l'uniforme colonial, nous dirige vers des espèces rares et sait, avec grand plaisir, apporter ses commentaires tout au long de notre progression. C'est très passionnant.

Déjà un mois de passé. Les élections approchent et notre mission de protection du Haussariat se termine en ce qui nous concerne le 26 septembre. Dans la dernière vacation, trois explosions se font entendre après le discours de Monsieur CHIRAC place des Cocotiers.

Le 14, l'unité termine son service et le personnel en repos s'attarde au foyer-bar de la CRS 60 à la Rotonde lieu où nous consommons nos repas depuis notre arrivée à l'hôtel de France. L'équipe de foot CRS qui a gagné le second match de football fait une nouvelle fois coutume avec l'équipe canaque.

Le 15, c'est le départ. Les bagages sont chargés dès neuf heures dans les camions militaires, l'hôtel est libéré à onze heures et le repas est consommé à la Rotonde. Dès 13H15 l'unité est conduite vers l'aéroport Tontouta. Le départ est prévu à 15H30 avec un billet d'une valeur de 18300F CFP.

Monsieur MARREC, du même nom que notre collègue Georges et commandant de bord sur le Boeing 747, assure la première partie du vol 565 de retour. Nous volons en direct vers Djakarta sans passer par Sydney comme à l'aller. A 13H30, 19H30 local, nous arrivons à Djakarta où la température est de 28°. Nous décollons à 201135 avec monsieur SAVARY comme nouveau commandant de bord pour Singapour. A notre atterrissage à Singapour à 16H05 (F), la température est de 29°. Certains en profitent pour faire leurs emplettes. Avec le même équipage, nous quittons Singapour à 16H20. A 23H30, nous survolons Bombay, nous nous dirigeons vers Bahreïn.

Il fait 28° à notre arrivée à Bahreïn, le 16 octobre à 00H35. Du même nom que notre collègue, c'est Monsieur CONSEIL qui assure le retour sur l'aéroport de Roissy Charles DE GAULLE à compter de 21H00. A 4H30, le jour se lève. Nous avons presque voyagé de nuit et qu'elle a été longue !!! Pendant tout ce trajet, les repas sont particulièrement rapprochés.

A 8H15, nous atterrissons sur l'aéroport de Roissy Charles DE GAULLE où il ne fait que 8°. Le Commissaire CASTERAN, notre ancien patron, nous reçoit. Loulou et Grand Miche portent leurs superbes colliers et chapeaux de fleurs. Nous nous engouffrons dans les véhicules venus du Mans nous chercher.

Nous réclamons vite le chauffage et c'est parti pour Le Mans excepté une petite équipe chargée de récupérer les matériels et bagages à la sortie de l'avion. A 16H00, ces derniers sont rangés et les personnels sont vite libérés. Retour à la maison pour retrouver la "Dame et les Enfants" et comme aurait dit l'ancien "Jack" « doucement sur la Dame ».

Ce type de déplacement éloigné de sa base et de longue durée nécessite un bon mental pour faire face aux problèmes familiaux que nous ne pouvons pas solutionner en raison de la distance. Le téléphone est onéreux avec un décalage dans la conversation et le courrier n'arrive souvent que dix ou quinze jours plus tard.

D'ailleurs un collègue dont l'épouse n'acceptait pas son départ et qui ne recevait ni courrier ni coup de téléphone a fini par péter les plombs. Ses collègues l'ont aidé du mieux qu'ils ont pu.

Deux autres déplacements ont été réalisés en Nouvelle-Calédonie par la CRS 10, l'un en 1987 et l'autre en 1989. Ils ont été en majorité identiques mais avec des vols affrétés sur réquisition par le Ministère de l'Intérieur et par voie de conséquence avec moins de confort dans le transport et avec des prestations plus rudimentaires. Par contre, certains retours se sont faits par Los Angeles ou Honolulu et même en survolant les grands lacs canadiens. Nouméa était moins attrayant mais nous avons découvert autre chose comme la brousse avec repas chez un Petit Chef. Nous avons été invités, un soir, dans une famille composée d'un ancien militaire français marié à une canaque qui nous ont fait découvrir le "bounia", plat local composé de viande et patates douces enveloppées dans des feuilles de bananiers et cuit sur des galets chauffés à blanc.

C'est dans la case qu'a été consommé ce repas local. Nous avons malheureusement vécu un gros problème touchant notre ami Christian, victime d'un AVC alors que nous nous trouvions dans la Tour Saint-Quentin.

De l'hôpital de Nouméa, il a été transféré à Sidney et nous nous sommes tous cotisés pour faire venir son épouse à son chevet. C'est un membre de l’IPA à Sidney qui l'a prise en charge à son arrivée et qui l'a hébergée. Fort heureusement, le couple nous a rejoint en Nouvelle Calédonie et fait retour sur la métropole avec tout le monde.

Un cahier expliquant la Nouvelle Calédonie nous avait été remis au départ et de nombreuses photos ont été prises pendant les trajets mais aussi sur place sans oublier le cahier de recettes de ce lieu haut en couleur.

On ne peut passer à côté de cette période exceptionnelle dans une carrière même si le récit peut paraître long. Les trente années séparant les séjours d'Algérie et de Nouvelle Calédonie font apparaître une considérable évolution dans les moyens et notamment les transports.

Nous ne remercierons jamais assez nos épouses qui ont assuré auprès de nos enfants pendant notre absence.

Récit écrit par Michel COUTARD

 
 


Accueil - Origines - Les GMR - Les FRS - Les CRS - Histoire des Cies - Les GMS - La Garde - Remerciements
Collections - Pièces jointes - Photos - Documents - Matériels -Cantonnements - Biographies - Bibliothèque - Vidéos - Liens
Copyright© 2000 Jan-Marc Maupoix