Les Polices Mobiles

CRS  n° 57  

 

 
 

DESCRIPTION HERALDIQUE DE L'INSIGNE DE LA CRS N°57

 

Le blason original de la ville de CARCASSONNE apparaît sur le fond d'azur semé de fleurs de lys d'or, ce qui signifie que la ville était ralliée au roi de France avant le XIVème siècle. Au centre, on y trouve la porte Narbonnaise stylisée. Et en son coeur, un blason à fond de gueule (rouge) où figure l'agneau pascal, symboles du retour de la ville à la foi catholique et de sa soumission au roi.

Ce blason inspira le Commandant LABERNARDIE, qui imagina et réalisa le premier exemplaire de l'insigne de la C.R.S. 163, repris par la C.R.S. 57 à sa création le 23 Décembre 1963.

Hors l'argent et l'or, ses trois couleurs sont celles du drapeau français. Le motif central de la porte narbonnaise s'est vu rajouter le donjon du château comtal.

L'agneau pascal ne convenait pas à la vocation républicaine et laïque liée à l'insigne. Il a donc laissé place à une croix de Toulouse, plus connue sous le nom de «croix occitane».

Quand aux fleurs de lys, trois seulement subsistent, stylisées, sur le bandeau azur.

Certes, leur nombre réduit peut faire croire que le ralliement de Carcassonne au Roi de France est postérieur au XIVème siècle, ce qui n'est pas le cas. Ce choix délibéré, que pardonneront les puristes, n'est dicté que par un souci esthétique et n'enlève rien à l'attachement sentimental que chacun porte à notre Cité et à son histoire.

Enfin pour des raisons techniques liées à la fabrication de l'insigne, la croix occitane se mue ensuite en croix pleine de couleur blanche, dite «croix cléchée».

L'héraldique accorde une valeur symbolique à chaque couleur :
  L'Or : désigne l'intelligence, le prestige, la vertu, la grandeur.
  L'Argent : la netteté, la sagesse.
  La Gueule (rouge) signifie Servir la Patrie.
  L'Azur : Fidélité et persévérance.
  Le Blanc : la noblesse.
 

HISTORIQUE DE L'UNITE

 

Le 23 Décembre1963, la C.R.S. 163 devient la C.R.S. 57 sans bouleversement. Ce n'est que le 10 Janvier que l'on reparlera de la C.R.S. 57 sur le journal de marche, à l'occasion d'une rencontre sportive.

C'est au retour de Corse que l'Unité va apprendre les événements de Mai 1968. Après une journée passée à résidence le 6 Mai, dès le 7, la Compagnie est déplacée, d'abord à Toulouse puis sans revenir à la résidence, rejoint Nantes pour 2 jours de M.O. avant de débarquer à Paris.

À cette époque, les déplacements se faisaient très souvent par fer, et en cette période troublée, arriver n'a pas été une mince affaire. Employée sans discontinuer jusqu'à son retour le 9 Juin, la Compagnie n'a eu à déplorer qu'un blessé sérieux. Bien qu'ayant reçu une cuisinière sur le dos, c'est avec plaisir que nous continuons à recevoir tous les ans cet ancien particulièrement solide. 

Les événements de Montredon-Corbières, que nous commémorons chaque année, n'auront pas fait de victime dans les rangs de la C.R.S. 57, qui aura cependant le triste honneur d'organiser dans ses locaux la cérémonie et l'accueil du corps du Commandant LEGOFF le 6 Mars 1976 à 11H25. 

Le premier départ en Nouvelle-Calédonie aura lieu le 27 Octobre 1985. Si les anciens ont pu croire que c'était un peu de l'Algérie qu'ils allaient trouver, ils se sont vite rendu compte que «c'est la France qu'ils ont trouvé dans le Pacifique», comme ils se plaisent à le dire.

Le 18 avril 1986, un voyage présidentiel leur fera connaître la Guadeloupe.

En 1988, à Nouméa, le contexte est plus délicat, il n'est de Français qui n'ait entendu parler d'Ouvéa. Plus rares sont ceux qui connaissent la tribu de St-Louis. Ces quelques fanatiques, après avoir tiré sur la C.R.S. 24 d'Agen, seront le lendemain encerclés. Dans une manoeuvre qui ressemble plus à une opération militaire, qu'à un M.O. classique, les forces engagées (GM et C.R.S.) dont la C.R.S. 57, vont déloger les terroristes qui se sont finalement retranchés dans la mission catholique. L'assaut permettra l'arrestation de 17 d'entre eux. 

Sur le plan relationnel, cette opération démontrera aux «Caldoches», avec qui les relations étaient devenues tendues, que les C.R.S. n'ont d'autre camp que celui de la légalité Républicaine.

Est-ce le tempérament frondeur des «GABACH», ou la pauvreté de cette terre chargée d'histoire ? Courageux, l'esprit curieux et ouvert, de la cité millénaire de Carcassonne, aux Châteaux des Cathares, les audois ont toujours su défendre leurs idées avec vaillance. Poètes aussi et bon vivants, ils laissent couler le vin des Corbières qui pousse si bien le Cassoulet et le Magret. Cette terre d'Aude a souvent été le théâtre de manifestations plus ou moins violentes mais toujours déterminées. En cette année 1992, les mineurs de Salsigne ne vont pas faillir à la tradition.

En règlement judiciaire, la mine d'Or a fermé ses portes, le chômage est là, la manifestation aussi. Pendant 83 jours, comme le souligne la presse, le «Carreau Couvert» (du nom du Préfet de l'Aude), sera occupé par les mineurs, leurs petites «brouettes» de 100 tonnes vont réveiller chaque matin la Préfecture et le voisinage à grands coups d'accélérateurs et de trompes de chantier.

Puis, un après-midi, après qu'une de ces «brouettes» eut été vidée dans les jardins de la Préfecture... Procédure d'urgence, rappel de la Compagnie, charge, neutralisation du ler Dumper qui bloquera les autres... à 23H00, tout est terminé, dans un échange viril où la haine n'a pas de place.

Les Commandants, Officiers, Gradés et Gardiens de la C.R.S. 163 puis de la C.R.S. 57, hommes de l'Aude, de naissance ou d'adoption, ont traversé l'histoire de notre pays pour le servir dans le plus grand respect des valeurs Républicaines.

 

Les Commandants qui se sont succédés à la tête de l'Unité :

1955/1972 VAQUER S
1972/1977    MONTFORT R
1977/1982    COLLET C
1982/1985    RAYNAUD S
1985/1987    VAQUER R
1987/1989    DEMEESTERE
1989/1994    COURT M
1994/1998     PUJOL M
1998/  FERT J.
   
      
 
 


Accueil - Origines - Les GMR - Les FRS - Les CRS - Histoire des Cies - Les GMS - La Garde - Remerciements
Collections - Pièces jointes - Photos - Documents - Matériels -Cantonnements - Biographies - Bibliothèque - Vidéos - Liens
Copyright© 2000 Jan-Marc Maupoix